Transformation du lait local : Bientôt une usine à Dialakorobougou, près de Bamako

Une usine de transformation du lait, dont la première pierrea été posée, mardi, par le Premier ministre Boubou Cissé sera bâtie sur 2500 m2 à Dialakorobougou, près de Bamako.

 

L’infrastructure, d’un coût total de près de 662 millions de Fcfa, aura une production journalière estimée à plus de 10 mille litres.Sa construction marquera un pas supplémentaire vers l’industrialisation du sous secteur. Elle répondra, singulièrement, à la demande croissante de la capitale malienne et ses environs.

En activité, l’usine produira du lait pasteurisé, du lait stérilisé, du yaourt, de la crème, du ghee et du fromage à partir du lait cru exclusivement fourni par les producteurs locaux. Les normes sanitaires seront rigoureusement respectées. En effet, l’usine répondra à des règles strictes, notamment en termes d’hygiène, afin de proposer des produits de qualité.

Le maire de la commune rurale de Mountougoula, Daouda Diarra, qui accueille l’usine, espère que celle-ci sera « une opportunité d’employabilité pour les jeunes ». L’un des objectifs du projet est, justement, de lutter contre la pauvreté, pour répondre à la volonté du président de la République qui, « dès son accession au pouvoir, a manifesté une attention particulière à l’endroit de la filière laitière ».

Au nom des producteurs laitiers, Sanoussi Bouya Sylla, a apprecié le geste du chef de l’Etat qui a mis plus de 135 milles doses de semences animales à la disposition des éleveurs. Sans compter la subvention de l’aliment bétail.

La ministre de l’Elevage et de la Pêche, Dr Kané Rokia Maguiraga, a rappelé que la réalisation de cette usine est inscrite comme priorité dans le Programme présidentiel d’urgence. « Elle est d’autant plus nécessaire que notre pays dépense chaque année plus de 18 milliards de Fcfa pour l’importation du lait en poudre et autres produits laitiers. Alors que le Mali dispose d’un important cheptel laitier », a-t-elle dit. « Aussi, a-t-elle déploré, que chaque année une grande quantité de lait se perd, en raison des difficultés de transformation, de conditionnement et de distribution ».

La ministre a annoncé que la construction de l’usine contribuera à créer une bonne dynamique locale de la filière et permettra de répondre aux besoins croissants en produits laitiers des populations de la ville de Bamako et environs.

Sur son coût total de 661.662.600 Fcfa, entièrement financés sur le budget national, le coût des équipements est de 379.212.000 Fcfa. Le délai de réalisation des travaux est de 90 jours.

Dr Kané Rokia Maguiraga a donné l’assurance que les services de son département veilleront au respect des normes sanitaires et hygiéniques requises, ainsi qu’à la qualité des produits qui devront « être irréprochables sur le plan de la sécurité sanitaire ».

Le Premier ministre a indiqué que cette usine s’inscrit dans la logique indiquée par le chef de l’Etat, à savoir «la transformation de tout ce nous arrivons à produire localement ». Et de rappeler que l’élevage est un secteur important qui contribue à notre croissance économique et à la richesse nationale. Mais, «nous pouvons faire beaucoup plus que ce que faisons actuellement, en développant des filières et en transformant localement ces produits», a soutenu Dr Boubou Cissé.

Outre la ministre de l’Elevage et de la Pêche, plusieurs membres du gouvernement, des autorités administratives et coutumières locales, ainsi que des professionnels de la filière lait étaient présents à la cérémonie.

ID/MD

(AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur