Tension sur le prix du Ciment : La DGCC annonce des mesures de stabilisation

La conjoncture mondiale marquée par les effets économiques de la pandémie à coronavirus impacte négativement l’approvisionnement de notre pays en produits de première nécessité. En effet, depuis 2020, sous l’effet du ralentissement des activités économiques, le marché international est marqué par une augmentation du cours de la plupart des produits alimentaires. C’est le cas notamment du ciment, dont l’augmentation du prix a suscité la psychose de l’apparition du phénomène de la vie chère. En cause, le prix du ciment se trouve dans la fourchette de 100.000 à 105.000 FCFA la tonne voire 120 000 FCFA par endroits.

Afin de soutenir le pouvoir d’achat du consommateur durement éprouvé par les effets de la COVID-19, le Gouvernement, à travers la Direction Générale du Commerce de Consommation et de Concurrence, a pris une série d’initiatives afin de stabiliser le prix : la normalisation des activités des usines de production du ciment et la réouverture de l’axe Bamako-Dakar.

En effet, selon une Note Technique de la DGCC les trois usines de fabrique de ciment, notamment CMM, Diamond Cement et SOCOCIM ont accepté, dans le cadre de leur convention d’établissement, de fixer leur prix carreau usine 87.000 FCFA, sans remise et sans les frais d’approche.  Avec une telle normalisation, tout laisse espérer une baisse du prix du Ciment de façon progressive.

Ce prix carreau usine est resté inchangé cependant la remise qui permettait aux distributeurs de faire face à la concurrence du ciment importé a été supprimée durant la crise.

Par ailleurs, au-delà de la normalisation, le Ministre de l’Industrie du commerce et de la promotion des investissements s’est engagé à poursuivre les efforts pour régler définitivement les difficultés auxquelles sont confrontées les unités en vue de leur permettre d’atteindre leur pleine capacité avant la fin de la période de transition. A ce titre, il compte restructurer le prix carreau usine par la révision, la négociation et une structuration du prix et aussi d’un avenant à la convention d’établissement afin de parvenir à la fixation d’un prix plancher et un prix plafond du ciment local.

Amidou KEITA

Source: Le Témoin

Suivez-nous sur Facebook sur