Services de l’assiette : Les douanes se fixent un cap de 600 milliards de F CFA en 2018

La  direction générale des douanes maliennes et l’ensemble des travailleurs de cette administration s’engagent à relever le défi des 600 milliards de F CFA pour le Trésor public pour 2018. La dédicace à la mission de service public est à l’origine de cette détermination en dépit de la crise qui fait que les douanes ne sont réellement présentes que dans trois régions sur dix.

 Il faut le dire tout de suite : 2017 a été année très éprouvante pour les services des douanes maliennes certes, mais les objectifs de recettes fixés à 585 milliards de F CFA ont été atteints, malgré la crise sécuritaire qui affecte le fonctionnement des services des douanes maliennes dans certains endroits du pays.

Après avoir relevé ce défi, il a été fixé aux douanes maliennes un autre objectif de recettes fixé à 600 milliards de F CFA, en 2018. Les bonnes performances des deux derniers mois (novembre et décembre 2017), respectivement 52,3 milliards et plus de 50,1 milliards de F CFA, sont de bons augures pour la nouvelle année. En 2018, l’objectif de recettes fixé à la douane malienne est de 600 milliards de FCFA.

En août 2017, les services de douanes maliennes ont réalisé une recette de plus de 50 milliards de F CFA. Au moment où on préparait le budget d’Etat pour l’année 2018, les douanes maliennes ont réalisé une recette record de plus de 50 milliards de F CFA pour le seul mois d’août 2017, sur un objectif fixé à 48 milliards de F CFA, soit un excédent de plus de 2 milliards de F CFA.

Cette performance des gabelous dans une période de sortie crise où sur les dix régions du Mali, seules trois ; à savoir : Kayes, Koulikoro, Sikasso fonctionnement à plein temps et dans une moindre mesure, une partie des régions de Ségou et Mopti.

Les services des douanes n’existent que de nom dans la partie aride du pays. Si seulement avec trois région sur dix, les douanes arrivent à faire des performances de recettes, il va sans dire soit que les partenaires et financiers, dont le Fonds monétaire internationale (FMI) et la Banque mondiale (BM) sont séduits par ces résultats et ont par ailleurs donné leur quitus pour la validation du plan de travail 2018 des douanes maliennes.

Aly Coulibaly l’homme du 11 janvier 2017

Aux commandes des douanes maliennes, depuis le 11 janvier 2017, l’inspecteur général de classe exceptionnelle, le directeur général, Ali Coulibaly, ne cesse d’engranger les succès depuis huit mois qu’il tient les reines des douanes. A la fin de l’année 2017, le constat a été fait que l’objectif de mobiliser 585 milliards de F CFA qui lui a été assigné est atteint contre 523 milliards F CFA, en 2016.

En 2018, l’objectif de recettes de 600 milliards de F CFA serait-t-il honoré ? Oui, nous confie une source proche de la direction générale des douanes. Alors question : y a-t-il des secrets à cette performances effrénée des douanes maliennes ?

Pour le mois d’août 2017, Aly Coulibaly et ses hommes ont réalisé une recette de plus de 50 milliards F CFA. De sources digne de foi, il nous revient que les plus hautes autorités du Mali ont renouvelé leur confiance au DG, qui ne cesse de relever des défis, mois après mois pour lesquels il a été porté à la tête de l’administration des douanes. Pour leur part, selon nos sources, Aly et ses hommes sont dans des dispositions pour se surpasser afin de relever d’autres défis, en 2018.

D’abord, des hommes engagés et disponibles

Pour l’atteinte de l’objectif de recettes à lui fixé par les plus hautes autorités du pays, Aly Coulibaly a procédé à une vague de mutations qui ont touché toutes les directions régionales qui ont changé de chefs. Cette vague de mutations a également concerné les principaux bureaux de Kati, de Mahina, de Nara, de l’Aéroport international-Président Modibo Kéita/Sénou, la BMI, entre autres.

Il faut rappeler qu’en fin janvier 2017, la direction générale des douanes a réalisé 46,314 milliards F CFA de recettes, contre 42 milliards de F CFA, en 2016.

Ensuite du matériel de travail

La première richesse d’une entreprise, c’est bien les ressources humaines de qualité et en quantité. Ensuite viendra le matériel de travail. Il y a lieu de rappeler que l’administration des douanes du Mali a compris cela, depuis les années 1987.

En cette année et pour la première fois, il a été introduit au sein des douanes maliennes, la version basique du logiciel Système douanier automatisé (Sydonia) développé par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). En 2002, la migration vers la version Sydonia++ a été faite. Puis, depuis 2012, la dernière version Sydonia World, est en cours d’utilisation.

Le 30 janvier 2014, à la faveur de la Journée internationale des douanes, l’ambassadeur de France au Mali dotait les douanes maliennes d’un Data Center d’une valeur estimée à 1 milliard de F CFA. Cette modernisation n’a d’autre but que de faciliter les procédures de dédouanement tout en luttant contre la fraude.

C’est le 11 janvier 2017 qu’Aly Coulibaly fut nommé directeur général des douanes maliennes. Dans quelques jours, il bouclera ses 12 mois à la tête de l’administration douanière.

Awa Camara

La Lettre du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur