Réseau des caisses Kafo Jiginew : DES RESULTATS FINANCIERS ENCOURAGEANTS EN 2018

Kafo Jiginew, après une période de crise qui avait menacé son existence il y a quelques années, se consolide de mieux en mieux et conforte sa stabilité financière chaque année davantage. L’institution financière décentralisée a présenté, hier, ses résultats financiers au titre de 2018. C’était à la faveur de sa 30è Assemblée générale ordinaire annuelle tenue sous la présidence du Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé.


Cet état financier, certifié régulièrement par le commissaire au compte, semble prouver que la crise est bien derrière. « Les états financiers, au 31 décembre 2018, font apparaître un total bilan de 53,458 milliards de Fcfa, contre 50,574 milliards de Fcfa au 31 décembre 2016, soit une augmentation de 5,7%.
Les produits totaux enregistrés en 2018 sont de 8,326 milliards de Fcfa, contre 7,696 milliards de Fcfa au cours de l’exercice 2017, soit une hausse de 629.528.470 Fcfa correspondant à 8,2%», a présenté son directeur général. David Dao a ajouté que les charges totales enregistrées en 2018 sont de 7,672 milliards de Fcfa, contre 7,182 milliards de Fcfa au cours de l’exercice 2016, soit une hausse de 489.252.660 de Fcfa correspondant à 6,8%. Ainsi, «le résultat consolidé de l’exercice 2018 ressort bénéficiaire à 654.399.425 Fcfa, contre un bénéfice de 514.123.615 Fcfa en 2017, soit une hausse de 27,3%. Dix caisses sont bénéficiaires sur les 19, soit un taux de 52,6%», a exposé le patron de cette institution, dont la mission est d’offrir des services financiers de proximité (tels l’épargne, le crédit, la micro assurance, le transfert d’argent et autres prestations) au plus grand nombre de Maliens pour l’amélioration de leurs conditions de vie.
Intervenant pour lancer les travaux de cette 30è AG, le chef du gouvernement a salué « ces résultats impressionnants et encourageants, et qui permettent de constater que votre institution est en train de réussir son redressement amorcé depuis 2015, à travers la mise en œuvre des actions de la feuille de route assignée à la direction générale ». Ce plan de cadrage exhortait, entre autres, à la poursuite de l’assainissement du bilan des actifs improductifs accumulés ces dernières années, à la collecte de l’épargne, à la recherche de financement et à la sécurisation des guichets et des opérations, a précisé le patron de l’hôtel des finances. Avant de promettre tout son soutien pour la consolidation des acquis en vue de l’atteinte de l’inclusion financière.
L’accès de tous aux institutions est, selon lui, devenu l’une des préoccupations du gouvernement. Car, elle permet l’insertion des couches défavorisées dans le tissu économique et social. D’où, l’élaboration, par l’exécutif national, de plusieurs politiques en la matière dont la stratégie nationale d’inclusion financière, a justifié le Premier ministre. Ajoutant qu’a été aussi lancé, dans ce cadre, un Fonds national dédié au mécanisme de refinancement durable des institutions de micro finance.
Grâce à ces efforts, le taux global de pénétration démographique des services financiers, calculés sur la base de la population, a connu une hausse de 7,57%, passant ainsi de 46,72% à fin décembre 2017 à 54,19% à fin décembre 2018, a salué le chef du gouvernement. Cette performance est, selon lui, due essentiellement au système bancaire en liaison avec l’ouverture des comptes bancaires.
En outre, ce taux s’est stabilisé à 13,47% à fin décembre 2018, contre 13,71 en 2017. Cela témoigne de l’impact de l’assainissement en cours du secteur de la micro finance.
A titre d’exemple, « les statistiques disponibles sur les systèmes financiers décentralisés à fin décembre 2018 font état de 97 institutions de micro finance en activité, 905 points de services et 1.164.940 membres ou clients. L’encours des dépôts collectés par eux pour la même période est sorti à 95,06 milliards de Fcfa, contre 115 milliards pour celui des crédits », a relevé le ministre de l’Economie et des Finances.
Pour consolider ces acquis, Dr Boubou Cissé a, en termes de recommandations, invité les dirigeants de Kafo Jiginew à bâtir un réseau de caisse solide, viable et pérenne. Avant de les exhorter à gérer prudemment et en toute transparence les ressources à eux confiées, en respectant les règles de base en matière de gestion, de bonne gouvernance et de déontologie. Ce qui permettra, de l’avis du Premier ministre, de relever les défis futurs comme la réduction des coûts, l’interopérabilité des plateformes de paiement, l’élargissement des réseaux de distribution au plan national etc.
En outre, avant la remise des prix de performance aux cinq meilleures caisses du réseau au cours de 2018 pour encourager la performance et l’efficacité dans le travail, le président de l’APCAM avait insisté sur l’intérêt pour tous de rembourser dans le délai les crédits contractés. Par ailleurs, Bakary Togola s’est dit convaincu qu’unis et solidaires «nous pouvons relever les défis de développement et sociaux qui s’opposent à notre pays».
Outre ces intervenants, cette rencontre des sociétaires a enregistré la participation du directeur national de la BCEAO, Konzo Traoré, du PCA de la BNDA, Moussa Alassane Diallo, du PDG de la CMDT, Baba Berthé et du représentant résident de la BOAD au Mali.

Cheick M. TRAORé

Source: L’Essor

Suivez-nous sur Facebook sur