Reprise timide de la vente de gaz : «Le Gouvernement s’est engagé à régler une bonne partie des factures impayées de 2019… »

Hier, mercredi 05 février 2020, le Président du Groupement des Professionnels du Gaz Domestique, Oudiari Diawara, non moins, directeur général de SODIGAZ a animé une conférence de presse à Bamako pour annoncer aux populations la reprise timide de la vente de gaz. « Cette vente peut ne concerner pour le moment que les bouteilles de 12 kg et le vrac. Cela, pour la simple raison que ces catégories ne sont pas concernées par la subvention du Gouvernement. Le Groupement des professionnels du gaz butane tient à préciser que cette timide reprise est consécutive aux accords obtenus à l’issue de rencontres et de dialogue avec les pouvoirs publics. En substance, le Gouvernement s’est engagé à régler une bonne partie des factures impayées de 2019 avec la ligne budgétaire de 2020 », a souligné le Président du Groupement des Professionnels du Gaz Domestique. Cependant, Oudiari Diawara dira que rien n’a été payé par l’Etat par rapport au montant dû aux opérateurs gaziers qui s’élève à 7 milliards FCFA.

Selon le conférencier, Oudiari Diawara, Président du Groupement des Professionnels du Gaz Domestique, l’objectif de cette conférence de presse est de rendre compte de l’évolution en cours dans le sous secteur du gaz et de faire part des préoccupations du Groupement des Professionnels du Gaz Domestique composé de 8 sociétés. Ainsi, dans un communiqué lu par Oudiari Diawara, il a précisé que le Groupement des professionnels du gaz butane au Mali a le plaisir d’annoncer aux populations la reprise timide de la vente de gaz. Avant d’ajouter que cette vente peut ne concerner pour le moment que les bouteilles de 12 kg et le vrac. Cela, dit-il,  pour la simple raison que ces catégories ne sont pas concernées par la subvention du Gouvernement. «Le Groupement des professionnels du gaz butane tient à préciser que cette timide reprise est consécutive aux accords obtenus à l’issue de rencontres et de dialogue avec les pouvoirs publics. En substance, le Gouvernement s’est engagé à régler une bonne partie des factures impayées de 2019 avec la ligne budgétaire de 2020. Cet engagement concrétisé par l’ouverture de crédits budgétaires, aboutissant à des mandats de paiement par le Trésor Public, a permis à certains opérateurs de convaincre leurs partenaires (banques et fournisseurs) pour la reprise des opérations. Il faut rappeler que le montant dû aux opérateurs gaziers s’élève à environs 7 milliards FCFA », a dit le conférencier. Le groupement des professionnels du gaz butane prend l’opinion nationale et internationale à témoin sur le fait qu’en 2020, aucune piste de financement de la subvention n’est connue à ce jour. Par conséquent, ajoute Oudiari Diawara, les opérateurs se réservent le droit de vendre le gaz au prix réel (Donc 6025 FCFA au lieu de 3500 FCFA pour la bonbonne de gaz de 6 kilos) si le mécanisme reste en l’état. Le Groupement des professionnels du gaz rappelle que la crise qui prévaut dans le sous secteur du gaz n’est nullement une grève encore moins une volonté délibérée de rétention du produit; mais juste une crise de trésorerie aiguë due au manque de paiement du différentiel de prix pendant toute l’année 2019. Par ailleurs, le Groupement des professionnels du gaz soutient le Gouvernement dans la recherche de mécanismes plus efficaces de financement du gaz et l’invite à accélérer le paiement des factures en souffrance pour permettre aux opérateurs d’approvisionner le pays, en prévision du mois bénit de Ramadan. Le Groupement des professionnels du gaz déplore le comportement spéculatif de certains opérateurs du secteur informel, la passivité du Gouvernement, des associations de défense des consommateurs et surtout de la population mue par la fausse conviction que un bon musulman ne doit pas dénoncer son prochain. En outre, le Groupement des professionnels du gaz domestique, par la voix de son président, invite le Gouvernement à interdire strictement l’importation frauduleuse et l’emplissage de vielles bouteilles, ainsi que leur transvasement qui constituent aujourd’hui un vrai danger pour les consommateurs. Répondant aux questions des journalistes, le conférencier, Oudiari Diawara a fait savoir que rien n’a été payé par le gouvernement par rapport au montant dû aux opérateurs gaziers qui s’élève à 7 milliards FCFA. « On a ouvert le crédit pour payer une partie de 7 milliards de FCFA. Le crédit de 2020 est de 5 milliards 200 millions de FCFA. Vous voyez que même le crédit de 2020 ne suffira pas pour éponger les arriérés de 2019 », a-t-il dit. Enfin, Oudiari Diawara a précisé que le prix du gaz reste inchangé. Donc, la bonbonne de gaz de 6 kilos est vendue à 3500 FCFA sauf cas de spéculation.

Aguibou Sogodogo

 

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook sur