REGULATION TELEPHONIQUE : AMRTP, une coquille vide

Sa création avait suscité l’espoir chez les Maliens, mais l’AMRTP s’est révélée être une grosse déception pour les consommateurs. L’organe de régulation des télécommunications a lamentablement failli à sa mission de mise en garde et de garant de la qualité et des normes au profit des consommateurs. Le patron grassement payé pour veiller sur les intérêts des Maliens semble avoir tourné le dos à ceux qu’il est censé défendre.

 

Pas une seule fois l’AMRTP a pris la décision de rappeler à l’ordre les opérateurs de téléphonie mobile qui ne respectent pas les normes. A titre d’exemple, les clients se plaignent à longueur de journée de la violation de leurs droits par Orange Mali sans que le patron de l’AMRTP réagisse. Il y a comme un deal non écrit entre les géants de la télécommunication et ce service de contrôle qui est en réalité le fossoyeur des consommateurs.

Si les tarifs de communication sont maintenus à un niveau défavorable aux consommateurs, c’est bien avec le silence de l’AMRTP. Au lieu de s’en prendre à Orange ou Malitel, il faut bien que les consommateurs fouillent dans le jardin de l’ARMTP pour trouver les causes de la misère que ces géants de la téléphonie leur font subir.

Comment comprendre que par exemple le coût de la connexion à internet soit exorbitant dans un contexte concurrentiel ? Les prix pratiqués dans certains pays sont deux fois moins chers que ceux appliqués aux consommateurs maliens. Bien sûr, l’AMRTP n’est pas une association de défense des consommateurs, mais elle facilite les choses pour un camp.

Le problème est que les opérateurs  de téléphonie se cachent derrière le jeu de l’AMRTP pour abuser des clients. En fait, il y a une entente qui empêche l’ouverture du marché à de nouveaux opérateurs souhaitant venir au Mali. La fourniture des licences et autres recommandations pour s’implanter au Mali dépendent de la bonne volonté de l’AMRTP que le gouvernement consulte et écoute sur les questions liées au secteur.

Depuis plus d’une année, le gouvernement a entamé le processus d’attribution de la 4è licence de téléphonie mobile. Depuis, rien n’a été fait pour que les choses bougent même si le troisième opérateur de téléphonie, Telecel Mali, est en grande difficulté pour étendre son réseau de communication. Il appartient à l’AMRTP de rompre le silence pour expliquer aux Maliens ce qu’elle fait en leur nom.

En tant que service public, elle doit communiquer sur ses missions afin qu’elle ne soit pas associée à une structure ayant trahi sa raison d’être. En tout cas, on attend de l’AMRTP qu’elle fournisse des informations claires sur le système de tarification des communications pratiqué par les opérateurs de téléphonie mobile.

Source d’insécurité

Les puces des différents opérateurs téléphoniques se vendent comme de l’arachide. Conséquence, c’est l’escroquerie à ciel ouvert. Pas plus que la semaine dernière, nos confrères du journal Le Confident attirait l’attention des plus hautes autorités sur la nécessité de revoir la vente des puces. Des ‘’escrocs’’ se cachent derrière des puces pour soutirer de l’argent aux paisibles citoyens. Avec des numéros Orange et Malitel et Telecel  ils arrivent à faire le sale boulot sans être inquiétés, parce que tout simplement les différentes puces ne sont pas enregistrées chez les opérateurs.

Il est encore temps pour l’autorité de régulation d’exiger aux opérateurs de ne  pas vendre les puces sans qu’elles ne soient enregistrées. C’est à cela qu’on pourra connaitre une baisse d’insécurité au niveau de nos différentes localités.

La sirène

Suivez-nous sur Facebook sur