Recettes douanières : 52 milliards CFA réalisés en mai

En mai dernier, la direction générale des Douanes a réalisé une recette globale de 52 milliards CFA. Soit, une hausse de plus de 2 milliards par rapport au mois d’avril.

En dépit de la fermeture de plusieurs bureaux des Douanes au nord et au centre du pays, à cause notamment de l’insécurité, les recettes douanières sont en hausse.
En mai dernier, les recettes douanières sont estimées à 52 milliards CFA, contre 50 milliards CFA en avril. Soit une hausse substantielle de plus de 2 milliards CFA.

L’origine de cette performance

A l’origine de cette performance, les visites effectuées, récemment, par le directeur général des Douanes, dans les bureaux régionaux de Kayes, Sikasso et Ségou.
Dans ces différents bureaux, l’inspecteur général Mahamet Doucara et sa délégation avaient invité leurs collègues à plus d’efforts, en vue d’atteindre, voire dépasser les objectifs de recettes, fixés à la direction générale des Douanes, par le gouvernement.
« Nous sommes allés sur le terrain pour passer le message, afin que les agents puissent donner le meilleur d’eux-mêmes et, du même coup, atteindre, voire dépasser, les objectifs de recettes assignés à la Douane par le gouvernement », a-t-il indiqué à l’issue de sa tournée. Avant d’ajouter, que toutes les « mesures sont prises pour permettre aux Douanes maliennes d’être à hauteur de mission ».
La suite, on la connaît. Deux semaines après, les résultats crèvent les yeux. Estimées à 50 milliards CFA, les recettes du mois d’avril ont connu une hausse vertigineuse en mai où, elles ont franchi la barre des 52 milliards CFA.
Autre raison de cette performance : le management des ressources humaines.

Le management des ressources humaines

A sa nomination, en décembre 2018, à la tête des Douanes du Mali, l’inspecteur général Mahamet Doucara avait procédé à un vaste mouvement de personnel à la tête de plusieurs bureaux des Douanes. A Bamako, comme dans les régions.
Ces affectations avaient, certes, suscité des grincements de dents au sein du personnel ; mais ont permis, à la direction générale des Douanes, de maintenir les recettes douanières à hauteur de souhait. Surtout, dans un contexte économique marqué, d’une part, par la baisse générale des importations. Et, d’autre part, par la crise financière internationale.
Malgré ces deux facteurs, les recettes douanières oscillent entre 50 et 56 milliards CFA suivant les mois.
Une performance saluée par les partenaires techniques et financiers. Notamment, la Banque mondiale et le FMI, qui viennent de multiplier par six leur appui budgétaire au Mali.

L’appui budgétaire du Mali multiplié par six

Grâce aux performances de la direction générale des Douanes, la Banque mondiale vient de multiplier par six l’appui budgétaire à notre pays, en lui accordant une enveloppe financière de 250 millions de dollars US. Soit, l’équivalent de 146, 7 milliards CFA au titre de l’année 2019. C’était le 15 avril dernier, à l’issue de sa rencontre avec la délégation malienne, conduite par Dr Boubou Cissé, alors ministre de l’Economie et des Finances.
Cette rencontre, entre la délégation malienne dont faisait partie Mahamet Doucara, directeur général des Douanes, et celle de la Banque mondiale, entrait dans le cadre du suivi de la mise en œuvre des réformes sectorielles, présentées par les autorités maliennes, dans le cadre de la nouvelle série d’appui budgétaire.
Selon un haut cadre des Douanes, qui a requis l’anonymat, la hausse des recettes douanières, en mai dernier, n’est qu’un début, qui s’annonce prometteur à la direction générale des Douanes.
« Nombreux sont ceux qui ne croyaient pas en la capacité de l’équipe de l’inspecteur général Mahamet Doucara à atteindre de telles performances, surtout dans un contexte économique, pour le moins, défavorable. Malgré tout, cette équipe a montré qu’elle a du potentiel, surtout dans le recouvrement des droits et taxes dus à l’Etat ; mais aussi, dans la lutte contre le trafic des armes, des produits psychotropes, la fraude et la criminalité transfrontalières », rassure-t-il.

Oumar Babi 

Source: Canard Déchaîné

Suivez-nous sur Facebook sur