Production de ciment au Mali : Bientôt le ciment “made in Mali” de Ciments et Matériaux du Mali (CMM-SA) sur le marché

Le 1er sac de ciment “made in Mali” de la société de production de ciment dénommée “Ciments et matériaux du Mali” (Cmm-sa) sera sur le marché avant le 1er octobre 2019. Et ce ciment sera de bonne qualité et assurera le vivre ensemble, la paix, la protection de l’environnement. Ces révélations ont été faites par Elhadji Mamadou Seck (le directeur général de Cmm-sa) au cours de la cérémonie de lancement des activités de Cmm-sa tenue le lundi 16 septembre 2019 à l’hôtel Sheraton, en présence des ministres Mohamed Ag Erlaf de l’Industrie et du Commerce, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi de la Promotion de l’investissement privé, des Petites et moyennes entreprises et de l’Entreprenariat national et le Président du Conseil d’Administration de Cmm-sa, Tiéma Hubert Coulibaly.

Dans son adresse, le directeur général de Ciments et Matériaux du Mali (Cmm-sa), Elhadji Mamadou Seck, a eu une pensée pieuse à feu Moussa Balla Coulibaly (le 1er Pca de Cmm-sa) pour sa contribution dans la création de Cmm-sa. Il a rappelé l’historique de la société Cmm-sa qui est une société malienne implantée depuis 2004 à Bamako et spécialisée dans le négoce de ciment de haute qualité, certifié CE, à travers la marque Sococim. Cmm-sa est une filiale du groupe international Vicat (représenté dans 12 pays à travers le monde), héritier d’une tradition industrielle initiée par Louis Vicat, inventeur en 1817 du ciment artificiel. Afin d’accompagner la dynamique du secteur de la construction et soucieuse de promouvoir le développement du secteur industriel malien, Cmm-sa a entrepris, fin 2017, la construction d’une unité de production de ciment à Diago dans le cercle de Kati, d’une capacité annuelle initiale de 500 000 tonnes, ainsi que l’exploitation d’une carrière d’ajouts de calcaire dolomitique située à Sonityeni.

Ce programme d’investissement d’un montant de plus de 20 milliards Fcfa va générer dès le démarrage du centre de broyage, prévu au mois d’octobre 2019, 150 emplois directs et plus de 1 500 emplois indirects. Cette initiative, visant à valoriser les ressources et l’expertise locale, est corrélée à un plan de formation ambitieux avec le support du Groupe Vicat. De plus, environ 300 employés ont été mobilisés depuis 2018 dans le cadre de l’exécution de ce projet.

“Cmm-sa est déjà un acteur historique du ciment au Mali. Nous connaissons bien le marché et les enjeux. Ce nouvel investissement de 20 milliards Fcfa représente une nouvelle phase de notre développement. Notre ambition est de renforcer l’autosuffisance en matériaux de construction au Mali tout en ayant une exigence forte sur la qualité des produits et sur la satisfaction de nos clients. Nous y parvenons grâce à nos compétences techniques et au choix des matières premières utilisées. L’une de mes priorités est d’ancrer Cmm-sa dans son tissu local. Nous devons être utiles à nos clients, mais aussi aux communautés autour de nos sites. Nous apportons de l’emploi, de la formation et du vivre ensemble en plus de l’activité économique. Personnellement, je crois beaucoup en la jeunesse du Mali, la moyenne d’âge de nos recrues dépasse à peine 30 ans. Notre objectif est de valoriser ce potentiel humain exceptionnel en investissant dans la formation continue de nos jeunes avec le support technique des équipes de notre Groupe“, a affirmé Elhadji Mamadou Seck, le Dg de Cmm-sa dont le slogan est “Le ciment, notre métier” et dont l’ambition est “zéro émission de poussière” pour sauvegarder l’environnement.

Tiéman Hubert Coulibaly, le Président du conseil d’administration (Pca) dira qu’il a fallu la confiance des investisseurs pour que le parcours soit facilité pour implanter l’usine. A ses dires, le projet, porté par feu Moussa Balla Coulibaly (son père) en tant que président du Conseil d’administration et Jacques Vicat, a tenu ses promesses.

La 1ère étape de l’usine était de participer à la régulation du marché du ciment en participant à l’offre, mais aussi en structurant le début d’une industrie.

La 2e phase a été la mise en place d’un broyeur pour fabriquer du ciment qui contient plusieurs matières premières et plusieurs étapes dont l’étape de la cuisson. L’usine se trouve à cette étape de la cuisson qui, selon Tiéman Hubert Coulibaly, est gourmande en énergie. Et la non disponibilité de l’énergie en bonne qualité est un frein à l’industrialisation. Aussi, l’accès aux matières premières (carrière) a été une bataille. Et l’usine en dispose quelques-unes.

Il a remercié le gouvernement dont l’accompagnement a permis l’installation du broyeur de 500 000 tonnes. Il a promis que le ciment qui va être produit par Cmm-sa sera d’une excellence qualité parce que Cmm-sa s’inscrit dans la tradition de la fabrication du ciment.

Il a révélé que Cmm-sa ambitionne de mettre un fonds pour équiper l’Ecole nationale d’ingénieurs (ENI) en vue de rehausser la qualité de formation des futurs ingénieurs du Mali. Il a sollicité l’accompagnement de l’Etat pour sécuriser leur production de ciments.

Tout en se réjouissant du lancement des activités de Cmm-sa, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi, a souhaité que la qualité du ciment promise par Cmm-sa soit pérennisée afin d’éviter l’écroulement des bâtiments qui ne cesse de faire des victimes au Mali.

Le ministre Mohamed Ag Erlaf de l’Industrie et du Commerce a rassuré les responsables de Cmm-sa de l’accompagnement du gouvernement pour la promotion du “Made in Mali” et sa conformité aux normes internationales ; le remboursement de la TVA, la lutte contre la concurrence déloyale et la disponibilité de l’énergie.

 Siaka DOUMBIA

 

Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur