Pour améliorer la qualité des mangues exportées du Mali : Les acteurs de la filière se concertent !

En vue d’améliorer la qualité des mangues à l’exportation et éviter les interceptions sur le marché européen, les acteurs de la filière ont organisé un atelier de mise à niveau. C’était le lundi 19 août 2019 dans la salle des conférences de l’Office de la protection des végétaux- OPV- dont le directeur, M. Demba Diallo, avait à ses côtés le président de l’interprofession de la filière, Moctar Fofana, ainsi que des partenaires.

Si les dispositions de protection et de conditionnement ne sont pas prises pour l’exportation, la mangue malienne est menacée de disparaître sur le marché européen. C’est conscient de ce péril que les acteurs, toutes catégories confondues, étaient en atelier pour une mise à niveau. Au cours de ce conclave, leur ont été présentées les dispositions prises par l’Union Européenne par rapport à l’exportation des mangues.

Selon le directeur de l’Office de la protection des végétaux, l’interception des mangues du Mali sur le marché européen avait diminué de 66 à 06 %  Malheureusement, en 2019, le Mali a connu 16 interceptions. Et le Mali risque d’être suspendu de l’exportation de ses mangues, d’où l’intérêt de cet atelier. Car il permettra à l’ensemble des membres de la filière d’échanger, s’informer et de proposer des solutions pour une amélioration de la qualité des mangues. ‘’Tout doit être fait pour que le Mali ne connaisse plus d’interception. Les exigences européennes sont là et deviennent de plus en plus nombreuses. Il s’agit pour tous de s’adapter et veiller à la vitalité de la filière qui apporte beaucoup à l’économie malienne’’, a conseillé Demba Diallo.

Pour le président de l’interprofession de cette filière, Moctar Fofana, il y a l’obligation pour chacun de prendre des engagements. ‘’Cet atelier est la nette occasion afin que tout le monde soit au même niveau de compréhension. La qualité de l’exportation entraine une bonne qualité de vente et même de consommation ‘’, a-t-il lancé avant de demander aux participants d’être plus assidus aux travaux et, surtout, critiques.

Drissa Togola

Source: lechallenger
Suivez-nous sur Facebook sur