Le Pdg de l’office des produits agricoles du Mali (Opam) Youssouf Maïga : “Il nous faut 50 000 tonnes au lieu de 35 000 tonnes pour faire face à l’insécurité alimentaire”

Le Pdg de l’Office des produits agricoles du Mali (Opam) a échangé la semaine dernière avec des journalistes. Occasion pour lui de faire le bilan des activités réalisées en 2019 et parler des perspectives pour 2020.  Son élection à la tête du réseau des structures publiques en charge de la gestion des stocks nationaux de sécurité alimentaires des pays membres de la Cedeao et du CILSS et son regard sur le Dialogue national inclusif ont été, entre autres, les sujets abordés au cours de cette rencontre.

Dans ses explications liminaires, le PDG de l’OPAM a rappelé que l’année 2019 a été très difficile pour notre pays sur le plan sécuritaire. Ce qui impacte, selon lui, forcément sur la sécurité alimentaire. “Car les gens n’arrivent pas à cultiver, à produire. Dans ce cas, seul l’Etat peut leur venir aider à travers des distributions alimentaires gratuites. En 2019, sur instruction du président de la République, nous avons distribué gratuitement 16 000 tonnes de denrées alimentaires. Et le Premier ministre a fait de nombreuses tournées dans des zones difficiles et des distributions alimentaires gratuites ont été faites dans ce cadre. Nous sommes très heureux de constater que malgré ces difficultés, ces produits ont été acheminés à bon port” a fait savoir le patron de l’Opam.

A l’en croire, selon les prévisions, cette année sera encore plus difficile que 2019 car le nombre de déplacés a accru et le gouvernement, a-t-il poursuivi, est en,train de prendre des dispositions idoines pour reconstituer le stock national de sécurité alimentaire. “Jadis cette reconstitution était de 35 000 tonnes de céréales, mais cette année, eu égard au besoin, il nous faut plus de 50 000 tonnes de céréales pour faire face à l’insécurité alimentaire” a révélé le premier responsable de l’Opam.

Autre point marquant pour le Pdg Youssouf Maïga, courant 2019, c’est  sans nul doute sa reconduction par ses paires du réseau des structures publiques en charge de la gestion des stocks nationaux de sécurité alimentaire des pays membres de la Cedeao et du Cilss comme président de cette organisation pour un troisième mandat.

“En octobre 2017, l’assemblée constitutive a été faite, le mandat de ce réseau est d’un an renouvelable une seule fois. Après deux mandats j’ai voulu me retirer, mais mes homologues m’ont désigné à l’unanimité pour continuer, selon eux, le travail titanesque que j’ai entamé. Pour moi, cette confiance n’est pas uniquement à mon honneur, mais c’est pour tout le Mali”, a soutenu le Pdg qui a été aussi distingué cette année  la médaille d’Officier de l’0rdre national du Mali.

Le Dialogue national inclusif a été aussi évoqué au cours de cet entretien. Une initiative fortement saluée par notre interlocuteur en ces termes :  “Ce dialogue doit être un départ pour sortir le pays de cette crise car la paix et la sécurité dans ce pays ne profitent pas seulement au président de la République ou à son gouvernement, mais tous les Maliens sans exception aucune”                      

 Kassoum THERA

Source: Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur