Le gouvernement prend des mesures pour réduire le prix du riz brisé 100% non parfumé importé: La base taxable baisse de 200.000 à 100.000 FCFA au cordon douanier pour un prix au détail plafonné à 350 FCFA/kg, à compter du 1er avril

Pour réduire les prix du riz et de la viande, conformément à l’un de ses engagements pris avec l’UNTM, le gouvernement a pris certaines mesures. Le cas du riz a fait l’objet d’une réunion, hier, au ministère du Commerce et de la Concurrence entre le ministre Alhassane Ag Hamed Moussa et les opérateurs importateurs  ainsi que les représentants des détaillants. Un cahier de charges, examiné et adopté par la réunion, impose des conditionnalités aux importateurs bénéficiaires de cette opération, notamment la vente du riz brisure 100% importé au prix plafond de 350 FCFA/kg sur l’étendue du territoire national, à compter de fin mars.

Le ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Hamed Moussa est engagé à traduite en actes concrets l’engagement du gouvernement de réduire les prix du riz et de la viande, à la fin mars de cette année. En effet, lors des négociations avec la principale centrale syndicale, dans la foulée de son dernier préavis de grève, le gouvernement s’est engagé à faire baisser les prix de ces deux produits très prisés par les Maliens.

Après plusieurs concertations avec les importateurs du riz, une dernière rencontre a eu lieu, hier, au Cabinet du Département, en présence des principaux importateurs, notamment GDCM de Modibo Kéïta, la SODIMA, la société Kouma, les Ets. Mamadou Diarra. On notait également la présence des responsables des organisations faitières des commerçants détaillants.

Devant ces acteurs, le ministre a expliqué que le gouvernement, pour influer sur le prix du riz, notamment le riz brisure 100% importé (actuellement vendu à 375 FCFA/kg), qui est la qualité la plus consommée, a décidé de réduire la base taxable au cordon douanier.

Cette base, qui était de 200.000 FCFA la tonne, a été ramenée à 100.000 FCFA, à compter de ce mois jusqu’en fin septembre prochain.

Pour accéder à cette facilité d’importation, les opérateurs doivent signer un cahier de charges qui a été finalisé hier. Ce document impose le respect du prix plafond aux importateurs ainsi que la fourniture de la liste des demi-grossistes et détaillants acquéreurs de ce riz. Ils doivent aussi prendre une intention d’importation spéciale à la Direction générale du Commerce et de la Concurrence et définir leurs prévisions et planning d’importation durant la période couverte.

Aux dires du ministre, l’opération est ouverte à tous les importateurs et les dossiers peuvent être déposés à son Département, à compter d’hier jeudi.  Déjà, a-t-il indiqué, les stocks dans les différents ports et sous douane ont été évalués et des dispositions seront prises pour les acheminer afin que le marché soit approvisionné au maximum avec le riz subventionné d’ici le 1er avril  afin que le prix de 350 FCFA/kg puisse être effectif et cela jusqu’au 31 décembre 2019. Un mécanisme de suivi sera mis en place.

Le représentant de la Douane a signalé qu’une mesure similaire, en 2018, avait permis de faire entrer un peu plus de 112.000 tonnes qui ont occasionné des pertes de recettes de l’ordre de 3, 626 milliards de FCFA.

Le président de la Coordination des commerçants détaillants du Mali, HArber Maïga, le PDG de GDCM, Modibo Kéïta, tout comme la présidente de l’ASCOMA, Mme Coulibaly Salimata Diarra ont salué cette initiative du gouvernement qui va contribuer à soulager les ménages.  Ils ont pris l’engagement d’oeuvrer à sa réussite.

Y. CAMARA

Source: l’Indépendant

Suivez-nous sur Facebook sur