Gouina : La construction du barrage à l’arrêt après la découverte de cas de covid-19

Le 25 mai dernier, 9 cas positifs au coronavirus ont été décelés à Gouina et depuis le chantier du barrage hydroélectrique dans ce village situé à 80 km de Kayes est à l’arrêt. Les personnes infectées sont des expatriés chinois qui travaillent pour l’entreprise chargée des travaux. «Ils sont aujourd’hui tous pris en charge par l’Hôpital du Mali», a précisé Dr. Toumani Conaré, directeur général de l’Hôpital Fousseyni Daou de Kayes.

 

Les travaux du barrage de Gouina sont confiés à une société chinoise. Au moins, 1.025 employés travaillent dans ce chantier, en dehors des ressortissants chinois. «On nous avait mis en confinement partiel pendant deux à trois jours. Ensuite, on a fermé la société depuis vendredi dernier et les employés ont tous regagné leurs lieux de résidence.

Tout le monde ne réside pas à Gouina. Certains travailleurs rejoignaient leurs familles dans les villages environnants et à Kayes après la journée de travail», a confié un cadre de la société qui a rejoint sa famille à Kayes. Il vivait dans la cité de Gouina. L’existence des chutes a incité l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) à aménager un barrage pour promouvoir le développement local et sous régional. Cette organisation regroupe le Mali, le Sénégal, la Mauritanie et la Guinée.

Estimé à 400 millions de dollars, cet ouvrage va produire 140 mégawatts d’électricité. Le Fleuve Sénégal à cet endroit mesure aux environ de 300 mètres de large et chute d’environ 25 mètres. Depuis décembre 2013, on est en train de construire un barrage hydro-électrique sur le site de ces chutes. Il faut signaler qu’avec la levée du couvre-feu, certains habitants de Kayes ont tourné la page de la Covid-19. Dans les lieux publics, ils n’observent plus les mesures barrières. Dans les mosquées comme au marché, les gens portent rarement les masques et ne respectent pas la distanciation sociale. Mais, dans les services publics, on conseille aux gens de respecter les mesures de prévention.

Bandé Moussa
SISSOKO
Amap-Kayes

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook sur