Espace G5 Sahel : LES CHAMBRES CONSULAIRES VEULENT CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Notre capitale abrite depuis hier, la première réunion statutaire du bureau de l’Union des Chambres de commerce et d’industrie des pays membres du G5 Sahel (UCCI – G5 Sahel), au titre 2019. L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed AG Erlaf, représentant le Premier ministre Dr Boubou Cissé. C’était en présence des membres du gouvernement, du président en exercice de l’UCCI – G5 Sahel, le Mauritanien Ahemed Babe Ould Eleya et des présidents des Chambres consulaires du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad, et du Mali.


En ligne de mire de cette rencontre de haut niveau, les relations économiques entre les pays membres de cette zone : opportunités, défis et perspectives. La réunion témoigne ainsi toute l’importance que les plus hautes autorités accordent à l’organisation (UCCI-G5 Sahel).
A l’entame de son propos, le président de la Chambre du commerce d’industrie du Mali a indiqué, qu’en mettant cette organisation (UCCI-G5 Sahel) en place, les Chambres consulaires de l’espace G5 Sahel manifestent leur volonté d’accompagner les chefs d’Etat dans la stabilisation de la région sahélienne. Cela, en participant activement à la mise en œuvre de projets socio-économiques, a précisé Youssouf Bathily. Car, les Chambres consulaires ont, à son avis, compris que l’insécurité est la conséquence de la misère des populations, de l’insuffisance de l’emploi qui plonge les jeunes dans la précarité, les poussant ainsi à emprunter des embarcations de fortune pour traverser la Méditerranée au risque de leur vie.
Cette situation préoccupante est la conséquence directe de la crise sécuritaire qui crée les conditions idéales, facilitant ainsi l’enrôlement des jeunes dans les réseaux mafieux et terroristes. «Si les dispositions économiques ne sont pas prises pour lutter farouchement contre la pauvreté, le chômage des jeunes, on ne vaincra jamais l’insécurité» a averti M. Bathily. D’où la création de l’UCCI – G5 Sahel par les Chambres consulaires.
L’objectif recherché est d’apporter aux autorités des pays membres du G5 Sahel leur contribution à la promotion de l’économie locale. Grâce à l’implication du secteur privé dans le processus de mise en œuvre des projets économiques du G5 Sahel. Afin de permettre la création de richesses et des emplois, gage de sécurité et de stabilité. Pour permettre à l’Union de jouer pleinement son rôle moteur dans l’économie locale, Youssouf Batilly souhaite que les chefs d’Etat du G5 Sahel reconnaissent et considèrent l’organisation comme son bras économique et lui apportent tout le soutien qu’elle attend des autorités pour réussir les missions qu’elles s’est assignée.
De son côté, le président de l’Union des Chambres de commerce et d’industrie des pays du G5 Sahel a expliqué que les missions essentielles de son organisation consistent à mettre en relief les potentielles des pays de l’espace. L’Union œuvre aussi pour l’exploitation et la transformation de la matière première. Aussi, l’UCCI – G5 Sahel se donne comme devoir le renforcement des compétences des ressources humaines, particulièrement la jeunesse, d’accompagner et favoriser la compétitivité de nos entreprises.
«Nous agissons dans un espace de forte et riche diversité, où l’offre et la demande sont comparables avec des pays à fort potentiel de développement et des pays qui peuvent gagner en croissance, en misant sur le développement des relations économiques, pour conquérir de nouveaux marchés», a indiqué Ahemed Babe Ould Eleya.
Ajoutant que l’un des objectifs de l’Union est d’assurer aux opérateurs et aux partenaires des garanties qui leur permettent d’investir dans la sous-région, dans un cadre sécurisé et propice au développement.
Selon le responsable, l’UCCI est aujourd’hui un partenaire avec lequel il faut conjuguer les efforts, afin d’accompagner le G5 Sahel dans la construction d’un partenariat public-privé efficace et dynamique pour une zone G5 Sahel prospère et sécurisée. Ahemed Babe Ould Eleya dit avoir foi en son institution et convaincu de sa légitimité et de son importance. A cet effet, le président de l’UCCI – G5 Sahel a exhorté les participants à n’épargner aucun effort, en vue de réfléchir ensemble sur les moyens humains, techniques et financiers à mettre en œuvre, afin de relever les défis de l’heure. L’objectif recherché est d’asseoir un partenariat économique durable reflétant l’ambition de l’organisation pour un Sahel uni, prospère, émergent et répondant aux attentes des autorités publiques des pays respectifs et des partenaires au développement. Pour sa part, le ministre de l’Industrie et du Commerce a souligné que le choix porté sur notre pays pour abriter la réunion honore tout le peuple malien, qui est sensible à cette marque d’amitié.
«Le gouvernement du Mali s’en réjoui d’autant plus que cet engagement est pris au moment où nous célébrons le lancement officiel par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Zone de Libre-échange continentale africaine (ZLEC), le 7 juillet dernier à Niamey», a rappelé Mohamed Ag Erlaf qui a, en outre, noté avec satisfaction la volonté des présidents des Chambres consulaires du G5 Sahel de participer au développement économique, à la lutte contre le chômage et la pauvreté, mais également à la fluidité des échanges sur les différents corridors de l’espace G5 Sahel, contribuant ainsi, selon lui, au confort des actions politique et sécuritaire dont le Programme d’investissement dans le Sahel, initié par les chefs d’Etat de l’espace. Le ministre Ag Erlaf a réitéré à l’Union le soutien et l’accompagnement du gouvernement malien dans la mise en œuvre du vaste chantier économique qu’elle envisage de réaliser.

Babba B.
COULIBALY

Source: L’Essor- Mali

Suivez-nous sur Facebook sur