Distribution gratuite de vivres à Bamako et environs : Kassoum Denon satisfait du déroulement des opérations

Le ministre commissaire à la sécurité alimentaire Kassoum Denon a évalué, hier, les opérations de distribution gratuite de produits alimentaires : riz, pâtes alimentaires, farine, semoule de mil, maïs et sorgho à Bamako et environnants. Kassoum Denon a, à cet effet, partagé avec l’ensemble des acteurs concernés les rapports de distribution soumis par les maires et préfets des circonscriptions bénéficiaires. C’était à la faveur d’une cérémonie tenue dans un hôtel de la place.

 

Cette rencontre bilan intervient trois mois après le lancement de la 1ère phase de l’Opération spéciale de distribution des 56.000 tonnes de vivres annoncés, le 10 avril dernier, par le président de la République en réponse aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents exacerbés par l’avènement de la pandémie de Covid-19 au Mali.

Pour ce faire, le Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA) a mis à la disposition des maires des localités retenues 10.000 tonnes de vivres, dont 5.000 tonnes de riz et de 5.000 tonnes de produits transformés destinés aux populations vulnérables de leurs communes respectives.
Il s’agissait alors, en initiant cette séance de travail, de faire le bilan de ces opérations-là. L’analyse des rapports présentés à cet effet fait ressortir, à en croire le ministre commissaire à la sécurité alimentaire, un bilan satisfaisant des activités de remises de vivres aux bénéficiaires. «Toutes les communes ont reçu les quantités annoncées. Les opérations se sont déroulées conformément à la procédure préétablie, en ce sens, ils ont été remis aux maires pour les remettre aux populations», a apprécié Kassoum Denon.

Parlant des difficultés rencontrées, il dit avoir relevé des incompréhensions au niveau de certaines communes. Où la population avait pensé que les vivres devraient être offerts à tout le monde, alors qu’ils sont destinés uniquement aux dépourvus. «D’où les retards constatés dans la distribution au niveau de certaines communes», a-t-il déploré. Pour lui, des problèmes de magasins se sont posés dans certaines municipalités. Celles-ci ont été obligées de stocker les denrées dans les écoles pour pouvoir les partager. Certains ont saccagé les lieux dans le but de se servir eux-mêmes, a-t-il regretté.

D’où l’intérêt de cette rencontre apparaît comme une occasion pour les maires de proposer des solutions visant l’amélioration des opérations d’attribution. Car, le ministre commissaire souhaite l’implication de toutes les composantes de la commission de distribution pour davantage de transparence dans le mécanisme d’octroi des vivres pour le plus grand bonheur des populations cibles.

Interrogé après la cérémonie d’ouverture, le maire de la Commune IV a précisé que tous les bénéficiaires de sa commune (des gens identifiés comme démunis par les organisations socioprofessionnelles, religieuses, etc.) ont reçu chacun 70 kg, dont 35 kg de riz et 35 kg de céréales transformées. Adama Berthé a salué l’initiative présidentielle qui, selon lui, a permis à des milliers de personnes vulnérables de pouvoir renforcer leur résilience face à la pandémie. L’édile a confirmé que sa commune avait reçu la totalité des quantités destinées à elle, avant de commencer les opérations de distribution.

Dans les semaines à venir, la distribution débutera pour les régions, a annoncé le ministre Denon. Les enseignements tirés des opérations à Bamako et sa périphérie permettront d’éviter de commettre les mêmes erreurs au niveau des régions, a-t-il espéré.

Cela, conformément aux exigences de cette approche qui est de faire une analyse sans complaisance des rapports de distribution afin de permettre aux maires et préfets de mieux maîtriser le processus de distribution alimentaire gratuite destinés aux plus vulnérables de notre pays.

Cheick M. TRAORÉ

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook sur