CREDD 2019-2023 au Mali: Il faut faire la promotion du secteur privé comme une priorité pour pérenniser les performances enregistrées

C’est ce que recommande le directeur pays du PNUD, Aboubacar Koulibaly, chef de file des partenaires techniques et financiers. L’expert s’est prononcé lundi dernier à Bamako, lors de l’examen du projet de document du nouveau Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2019-2023). C’était dans le cadre d’un atelier national de consultation de trois jours.

 

Cet atelier qui a pris fin  mercredi dernier , a permis aux  participants de formuler des conclusions et recommandations pertinentes pour une mise en œuvre efficace et efficiente de ce document. Lequel  servira désormais de cadre de référence nationale des politiques et stratégies de développement du Mali pour les cinq prochaines années.

Il s’agira  de permettre à notre pays de consolider les résultats obtenus grâce au CREDD 2016-2018 et aux efforts ayant permis l’amélioration de la situation macroéconomique de notre pays.

A titre de rappel, le taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) s’est établi à 5,8% en 2016 et à 5,3% en 2017, après avoir été de 6,0% en 2015 et 7,0% en 2014. L’inflation est, selon le ministre des Finances, contenue dans les limites de la norme communautaire de 3% maximum. Par ailleurs, le Mali respecte en grande partie les critères de convergence communautaire.

Pour pérenniser ces performances en vue d’atteindre les objectifs visés par le CREDD 2019-2023, la promotion du secteur privé apparait, aux yeux du représentant résident par intérim du PNUD, comme une priorité. «Nous devons donner au secteur privé toute sa place de levier de la croissance et de l’économie en créant les conditions de facilitation de la libre entreprise, en améliorant le climat des affaires, en rationnalisant et en rendant opérationnelles les structures d’accompagnement du secteur privé. C’est à ce prix que nous assurerons une transformation structurelle de l’économie et la création d’emplois décents pour plus de 200.000 jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail», a recommandé Aboubacar Koulibaly.

Mahamane Maïga

Lejecom

Suivez-nous sur Facebook sur