Contrat plan État-Office du Niger-Exploitants agricoles : Globalement satisfaisant

C’est pour aider notre pays à atteindre la sécurité alimentaire et lutter contre la pauvreté par une croissance économique que les trois parties (État-Office du Niger-Exploitants agricoles) ont signé l’an dernier, le contrat plan 2019-2023. A terme, il devrait permettre à l’Office du Niger d’atteindre une production de 1.028.324 tonnes de riz paddy avec une superficie exploitée en casiers de 161.209 hectares. Une année après, qu’en est-il des engagements pris?


C’est pour évaluer le chemin parcouru, que les membres du comité de suivi du contrat plan État-Office du Niger-Exploitants agricoles étaient réunis, jeudi dernier, à la faveur de la 2è session de l’organe de suivi.
La rencontre était présidée par le président du comité, Modibo Maïga, conseiller technique au ministère de l’Économie et des Finances, en présence du président directeur général de l’Office du Niger, Abdel Karim Konaté.
L’examen et l’adoption du procès-verbal de la 1ère session et le point d’exécution des engagements des parties au cours du second semestre 2019 étaient, entre autres, les principaux points inscrits à l’ordre du jour.
Évoquant les réalisations du second semestre, le président du comité de suivi du contrat plan État-Office du Niger-Exploitants agricoles a indiqué que sur une prévision de plus de 4,7 milliards de Fcfa, l’État a effectué un versement cumulé de 2,3 milliards de Fcfa à l’Office du Niger, soit un taux de mobilisation d’un peu plus de 48,4%. Aussi, a poursuivi Modibo Maïga, le taux d’exécution physique de l’entretien du réseau primaire est de 57,3%, du secondaire à 75,4% contre 58% au niveau du tertiaire. S’exprimant sur la consommation moyenne en eau pour la campagne agricole 2019-2020 à l’hectare, il a indiqué qu’elle a été de 10.605 m3.
Le conseiller technique au ministère de l’Économie et des Finances s’est réjoui de constater que l’objectif de diminution de 2% par an de consommation d’eau d’hivernage au niveau du partiteur a été atteint, car la consommation a été de moins 1,3%. S’y ajoutent les aménagements de 500 hectares à M’Bèwani et 1.230 à Niono, en plus des réhabilitations.
Pour sa part, le président directeur général de l’Office du Niger a souligné que la première année de mise en œuvre du contrat plan a été marquée par une instabilité sécuritaire, touchant le Delta central du Niger et la zone de l’Office avec des multiples attaques ayant entraîné le déplacement de nombreuses populations et l’arrêt des travaux de certains chantiers. Abdel Karim Konaté a marqué sa volonté pour un rôle accru des membres du comité pour que le contrat plan 2019-2023 puisse bénéficier d’un environnement propice et des moyens adéquats pour sa mise en œuvre.
S’agissant des objectifs de production de la campagne 2019-2020, le patron de l’Office du Niger a annoncé qu’en riziculture, la superficie à emblaver est de 140.220 hectares pour une production attendue de 873.774 tonnes de riz paddy (saison et contre-saison ). «En cultures maraîchères 11.138 hectares seront mis en valeur pour toutes spéculations confondues et pour une production attendue de 321.990 tonnes, dont 275.725 tonnes d’échalotte/oignon, 27.965 tonnes de tomate et 18.668 tonnes de gombo.
En cultures de diversification, 5.959 hectares seront exploitées pour toutes spéculations confondues pour une production totale attendue de 112.122 tonnes, dont 65.800 tonnes de pomme de terre et 490 tonnes de blé», a-t-il déclaré. Saisissant l’occasion, Abdel Karim Konaté a adressé ses remerciements à tous les acteurs qui œuvrent inlassablement pour le développement de la zone Office du Niger.

Yama TRAORÉ
Amap-Ségou

Source: Journal l’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook sur