Contrat-plan 2019-2023 état-office du niger-exploitants agricole : Un manque à gagner

Le jeudi 27 février 2020, a eu lieu la 2ème réunion du Comité de Suivi du Contrat-Plan 2019-2023 entre l’Etat, l’Office du Niger et les Exploitants agricoles. L’Etat, naguère jugé mauvais payeur, a fait des efforts malgré la double crise économique et sécuritaire.

 Dans son allocution de bienvenue, le tout-nouveau PDG de l’ON, Abdel Karim Konaté, a soutenu que la première année de la mise en œuvre du Contrat-Plan 2019-2023 a été marquée par une instabilité sécuritaire, touchant le Delta central du Niger et la zone de l’Office du Niger avec des multiples attaques ayant entrainé le déplacement de nombreuses populations et l’arrêt de certains chantiers. Il a invité les uns et les autres à redoubler d’efforts pour que le Contrat-Plan 2019-2023 puisse bénéficier d’un environnement favorable et des moyens adéquats pour sa mise en œuvre.

Evoquant les objectifs de production de la campagne 2019-2020, qui coïncide à la première année du Contrat-Plan 2019-2023, Abdel Karim Konaté a déclaré que la superficie à emblaver est de 140 220 hectares pour une production attendue de 873 774 tonnes de riz paddy (saison et contre saison). En culture maraichères, 11  138 hectares seront mis en valeur pour toutes spéculations confondues pour une production attendue de 321 990 tonnes dont 275 725 tonnes d’échalote/ognon, 27 965 tonnes de tomate et 18 668 tonnes de gombo. En culture de diversification, 5 959 hectares seront exploitées pour toutes spéculations confondues pour une production totale attendue de 112 122 tonnes dont 65 800 tonnes de pomme de terre et 490 tonnes de blé.

Modibo Maïga, Président du Comité de suivi du Contrat-Plan 2019-2023, conseiller Technique au ministère de l’Economie et des Finances, a soutenu qu’au cours de la 1ère année de sa mise en œuvre, ce Contrat-Plan a été essentiellement marqué par le versement cumulé de 2 300 000 000 de F CFA à l’Office du Niger sur une prévision de 4 750 000 000 F CFA, soit un taux de mobilisation de 48,42 %. Au titre de la maintenance des réseaux hydrauliques, au 31 décembre 2019, le taux d’exécution physique de l’entretien du primaire est de 57,31 %, l’entretien du secondaire est de 75,39 % et celui du tertiaire est de 58 % par rapport aux prévisions du Contrat Plan. Dans le cadre de la gestion de l’eau, la consommation moyenne en eau pour la campagne agricole 2019/2020 à l’hectare a été de 10 605 m3/ha contre 10 743 m3/ha en 2018/2019, soit une réduction de 1,28 %.

Pour la mise en œuvre du Contrat Plan 2019/2023, des réalisations ont été faites en termes d’aménagement : sur une prévision d’extension de 3 174 hectares en 2019, 1 730 hectares ont été réalisés, soit un taux de 54,50 % ; sur une prévision de réhabilitation de 3 510 hectares, 2 885 hectares ont été réalisés soit un taux de 82,19 %. En termes de production de riz paddyaprès la saison d’hivernage, la production de riz paddy obtenue (casiers et hors casiers) a été de 697 521,78 tonnes sur une prévision de 873 774,23 tonnes, soit un taux de 79,82 %. A cette production, il y a lieu d’ajouter celles du périmètre de Sossé Sobila et de la contre saison riz. S’agissant de la consommation d’eau à l’hectare : pour un objectif de diminution de 2 % par an de consommation d’eau d’hivernage au niveau partiteur, la réalisation a été satisfaisante car elle a été de -1,28 % pour l’année 2019.

 

Source : SCOM/ON

Mali Tribune

Suivez-nous sur Facebook sur