Conseil malien des chargeurs: Les activités de 2018 passées en revue

Les membres du Conseil maliens des chargeurs (CMC), ont tenu,  le samedi 13 avril dernier, au Cres de Badalabougou, la 11ème session ordinaire de leur Assemblée consulaire, sous la présidence de leur président,  Ousmane Baba laye Daou.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre des Transports, Zoumana Mory Coulibaly, en présence de l’ensemble des membres consulaires et plusieurs autres invités de marque.

Le projet d’ordre du jour portait sur l’examen et l’adoption du rapport d’activités de 2018, l’état d’exécution du budget de 2018, le projet de programme d’activités et le budget de 2019.

Dans son discours de circonstance, le président du CMC a déclaré  que la présente Assemblée consulaire du Conseil malien des chargeurs, reste le cadre le mieux indiqué pour passer en revue l’ensemble des activités réalisées au cours de l’exercice écoulé.  Selon Ousmane Baba Laye Daou, cette Assemblée permettra au bureau du CMC d’adopter le projet de budget 2019, approuvé par le ministre de l’Economie et des Finances.

En ce qui concerne les délégations régionales, des dispositions  sont en cours pour réaliser leurs bureaux. Cette dynamique se poursuivra, dans la perspective de prendre en compte les régions nouvellement créées, a-t-il ajouté.

Dans cette veine, Ousmane Baba Laye a rappelé que le Conseil malien des chargeurs a reçu une mission des Ports autonomes d’Abidjan, de Conakry, du Ghana, du Benin et de Dakar. Selon le président Daou, les échanges avec ces différents partenaires ont abouti à l’acceptation du principe de réduction du temps de transit portuaire, avec comme avantage une réduction des coûts. En outre, le président du CMC, a également rappelé qu’en 2018, les corridors Dakar-Bamako ont connu un blocage d’une semaine en raison des difficultés liées à la mise en application du Règlement 14. Mais, les interventions du CMC, en rapport avec les autorités et les partenaires ont permis de suspendre l’application intégrale dudit Règlement, s’est-il félicité.

Par conséquent, sur un volume de plus de 3 millions de tonnes sur ces corridors, la tolérance de 20% a, non seulement permis de faire transporter 600.000 tonnes de marchandises dans les conditions habituelles, mais aussi la suppression du paiement de la pénalité de 60 000 FCFA par tonne, a-t-il expliqué. Avant d’indiquer que cette situation correspond au bas mot à une économie annuelle de l’ordre de 36 milliards de FCFA que les chargeurs auraient dû payer avec le même poids transporté.

Par ailleurs, le président du CMC n’a pas manqué de noter quelques actions phares réalisées par sa structure en 2018, notamment : les réductions des surestaries et de magasinage obtenues en faveur de nos ressortissants au niveau de plusieurs ports de desserte du Mali ; la réalisation des études sur l’approvisionnement du Mali à moindre coût.

« En terme d’innovation, nous avons exploré de nouvelles pistes des contacts avec les ports de Conakry, de Nouakchott et de l’Algérie. Le CMC a également respecté ses engagements auprès des organisations régionales et sous régionales au titre de l’exercice 2018 en s’acquittant de ses cotisations », a indiqué le président Ousmane Baba Laye Daou.

A 25 jours du mois de ramadan, le président du CMC, a invité ses collègues à garantir un approvisionnement à hauteur de souhait en vue d’éviter toute réduction de l’offre qui pourrait entrainer une augmentation des prix.

Pour sa part, le ministre Zoumana Mory Coulibaly, a dit noter avec beaucoup d’intérêt les points inscrits à l’ordre du jour de la présente Assemblée consulaire. A cet effet, il a exhorté les membres consulaires du CMC au maintien d’un climat apaisé et serein tout le long des travaux, dans un esprit de sagesse et de patriotisme. Avant de leur donner l’assurance que son département, examinera avec une attention particulière, les résolutions et recommandations qui sortiront de ces assisses.

AMTouré

Source: Le 22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook sur