CONSEIL D’ADMINISTRATION Les défis de l’Amanorm

La 7 è session du conseil d’administration de l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité (AMANORM) s’est tenue, le lundi  dernier, sous la présidence  du ministre du développement industriel et de la promotion des investissements, Moulaye  Ahmed Boubacar. Qui avait à ses côtés le directeur de l’agence, Younoussa Maïga.

Les administrateurs ont examiné, au cours de cette session, le rapport d’activité 2018, le rapport d’exécution du budget 2018, le projet de programme d’activités 2019 et le projet de budget 2019. Ce budget, chiffré à 292 000 105 FCFA. FCFA, va assurer le fonctionnement global de l’Agence, le renforcement de ses capacités et l’accompagnement des entreprises nationales en matière de normalisation et de promotion de la qualité. Selon Moulaye  Ahmed Boubacar, l’AMANORM démarre l’année 2019 dans un contexte national et international difficile dont la faible compétitivité des entreprises nationales, la faiblesse de leurs exportations, l’ouverture des marchés communautaires et régional, l’opérationnalisation de la zone de libre-échange continental (ZLEC), la globalisation et la libre circulation des biens et services, le renforcement des Obstacles Techniques au Commerce (OTC)., a-t-il affirmé.

En outre, le ministre du développement industriel ai indiqué que malgré sa position de troisième économie de l’espace communautaire UEMOA, le Mali peine à obtenir un niveau satisfaisant d’exportation de ses biens et services, une condition sine qua non à son développement industriel. Pour accroitre son taux d’exportation, le ministre a précisé que le Mali devra nécessairement disposer d’un tissu industriel performant et diversifié, où les entreprises, qu’elles soient industrielles ou pas, du secteur privé ou du secteur public, indépendamment de leur taille, fournissent des produits et services d’excellente qualité, respectueux de l’environnement, compétitifs sur le marché national et capables d’accéder aux marchés communautaire et international.

.Pour  atteindre cet objectif, le président du conseil d’administration a indiqué que pour l’exercice 2019, l’AMANORM entend  donner entière satisfaction au Mali, à travers des actions transformatrices, parmi lesquelles : l’élaboration de normes nationales pertinentes, prenant en compte les vrais besoins de développement socioéconomiques du pays ; la promotion de l’application des Normes nationales, communautaires et internationales ; la certification de conformité aux normes des produits, services et systèmes ; l’accréditation des organismes d’évaluation de la conformité et le développement de la culture qualité dans toutes les sphères de la vie socioéconomique du pays.

Le Président du Conseil d’administration a également  salué l’engagement et le souci de la direction générale de l’Amanorm et l’ensemble du personnel pour répondre aux attentes des secteurs public et privé. « Je les exhorte à continuer sur le dynamisme imprimé pour la totale satisfaction de leurs usagers », a-t-il lancé.

L’Amanorm est un établissement public à caractère administratif créé par l’ordonnance n°2012-016/P-RM du 19 mars 2012. L’Agence est placée sous la tutelle du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements. Elle intervient dans le cadre de la normalisation et de la promotion de la qualité.

Mémé Sanogo

Source: L’ Aube

Suivez-nous sur Facebook sur