Clôture des Assises sur le coton Afin de renforcer la résilience, la durabilité et la compétitivité de la filière au Mali, et reconquérir la 1ère place de producteur de la bonne qualité en Afrique

Hier lundi 8 février 2021, le Centre International de Conférence de Bamako a abrité la cérémonie de Clôture des Assises sur le coton. C’était sous la présidence du Premier ministre Moctar Ouane, représentant le Chef de l’Etat Bah NDao, en présence du ministre de l’Agriculture MOHAMED Ould Mahmoud ; du PDG de la CMDT Nango Dembélé ; des Partenaires techniques et financiers ; et des acteurs du monde paysan.

Le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould Mohamed a affirmé que l’organisation de ces assises nationales sur le coton, s’inscrit en droite ligne de l’axe 2 du Programme d’Actions du Gouvernement de transition (PAG), à savoir : la promotion de la bonne gouvernance. Il a rappelé que la filière coton qui est la colonne vertébrale de notre économie, fait face à des crises récurrentes qui nécessitent des mesures appropriées pour sauver la filière des menaces qui peuvent compromettre son développement durable. En effet, il a souligné que ces assises ont permis l’implication de tous les acteurs concernés à travers les ateliers de réflexion tenus au niveau régional et national avec l’appui des experts de la filière coton. L’originalité de ces assises réside surtout dans l’inclusivité, la démarche qui a consisté à faire remonter les propositions de solutions de sorties de crises de la base au sommet.

Selon lui, l’objectif de ces assises, était de contribuer à la relance de la culture du coton au Mali, en vue de la rendre plus résiliente, compétitive et durable. À l’issue de ces travaux, des recommandations pertinentes ont été formulées par les participants. Il sest assuré de l’engagement de mon département à ne ménagerais aucun effort pour la mise en œuvre de ces recommandations en rapport avec l’ensemble des acteurs de la filière et avec l’accompagnement politique des plus hautes autorités du pays.

Au-delà de limportance stratégique de la filière du coton pour léconomie nationale et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, le coton joue un rôle important dans le renforcement de la cohésion sociale et dans la résolution des conflits communautaires.

Ainsi l’investissement dans la promotion dun secteur de coton résilient, compétitif et durable est un levier fort pour l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD-1 et 2) à l’horizon 2030. « Le coton malien peut et doit reconquérir sa place de leader au niveau sous régional et en Afrique. Le secteur coton doit se surpasser et aider le Mali à briser le cercle vicieux de la pauvreté et de la précarité », a-t-il laissé entendre. Il a poursuivi, avec l’ensemble des acteurs leur gratitude pour l’apurement des arriérés de la subvention des intrants agricoles du système coton pour près de 80 milliards de nos francs CFA.

Au cours de la cérémonie, Yacouba Koné, Conseiller technique au ministère de l’agriculture a présenté la synthèse des recommandations de ces assises nationales, dont: le maintien de la subvention sur les engrais sous forme actuelle, pour relancer la production cotonnière dès la campagne agricole (2021-2022) ; fixer un prix incitatif au kilogramme de coton graine et diminuer autant que possible le prix des intrants et des matériels agricoles ; faciliter à l’alimentation bétail pour les bufs de labour ; entre autres. Le Premier ministre Moctar Ouane , pour sa part a : « souligné la dynamique participative des présentes assises qui a permis à toutes les parties prenantes du secteur coton de prendre une part active à la recherche des voies et moyens susceptibles de favoriser une véritable relance de la culture du coton à partir de 2021-2022 ; salué la bonne organisation des travaux et la qualité des contributions des uns et des autres ; sest réjouit de l’esprit constructif qui a préside tout au long de l’exercice ». Il dira que, le résultat majeur de ces importantes assises réside dans les conclusions opérationnelles à travers notamment : « les recommandations visant la relance de la culture du coton dès cette année avec la rationalisation du mécanisme d’approvisionnement en intrants et de la gouvernance du secteur coton, le renforcement des capacités opérationnelles des organisations paysannes, l’adoption d’une nouvelle forme de subvention de l’Etat à la filière colon ou encore l’adoption de mécanismes de financement de la recherche cotonnière ». A len croire, ces mesures contribueront, d’une part, à renforcer de façon significative la résilience, la durabilité et la compétitivité de la filière cotonnière du Mali et, d’autre part, permettront à notre pays de reconquérir sa place de premier producteur de coton de bonne qualité dans la sous-région et sur le continent africain. « Les présentes assises ont révélé de nouveau la centralité de la filière coton dans l’économie malienne à travers son apport dans la création et la redistribution de revenus sûrs et importants aux producteurs de coton, la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, le financement d’infrastructures sociales de base dans les zones d’intervention de la CMDT et de l’OHVN ainsi que dans la dynamisation de multiples branches de l’économie nationale », a-t-il annoncéPar la suite, il a salué l’engagement des partenaires techniques et financiers dans la mise en uvre de projets et programmes contribuant à la durabilité des systèmes de production et à l’amélioration des revenus des producteurs agricoles et pastoraux sur toute l’étendue du territoire national. Avant de clore son intervention, il a donné l’assurance que le Gouvernement continuera d’accorder un ordre de priorité élevé à la filière coton, et ce dans le cadre de la réalisation de nos politiques et stratégies définies dans la loi d’orientation agricole, le cadre stratégique pour la relance et le développement durable (CREDD2019-2023) et la politique nationale de sécurité alimentaire et nutritionnelle (POLNSAN).

Aïssétou Cissé

Source : Échos Médias

Suivez-nous sur Facebook sur