Campagne agricole 2021-2022 : 15,6 milliards FCFA mobilisés par la subvention des intrants

Alors que la campagne agricole 2021-2022 a démarré, il y a plus d’un mois, les Directeurs nationaux de l’agriculture, de la pêche et de la production et l’industrie animale étaient face à presse, le mardi passé, pour éclairer la lanterne de l’opinion sur la distribution transparente des intrants agricoles subventionnés par l’Etat à hauteur de 15,6 milliards FCFA.

 

La rencontre avec la presse a lieu dans les locaux du ministère du Développement rural, en absence du ministre Modibo Keïta, c’est le Directeur national de l’Agriculture, Oumar Tamboura, qui a dirigé les débats axés essentiellement sur la gestion transparente des intrants agricoles de la campagne en cours.

Selon le conférencier, c’est le Conseil supérieur de l’Agriculture qui a décidé, malgré les difficultés financières, de maintenir la subvention de 15,6 milliards FCFA pour satisfaire les 254 000 tonnes d’engrais exprimés par les producteurs. Celle-ci, a-t-il expliqué, permettra de céder le sac de l’engrais subventionné à 11 000 FCFA pour une production coton graine de 820 000 tonnes et 11 300 tonnes céréalières attendues.

Les engrais organiques et chimiques sont concernés par cette subvention pour les cultures qui contribuent à la lutte contre l’insécurité alimentaire, telles que le coton, le mil, le maïs, le riz, etc.

« L’objectif est de permettre aux producteurs d’avoir les intrants à moindre coût, malgré l’augmentation du prix des engrais sur le marché mondial », a soutenu Oumar Tamboura.

Pour une distribution transparente des intrants afin d’éviter la spéculation, le Directeur national de l’Agriculture a précisé qu’une Commission locale a été mise en place dans chaque Arrondissement, composée, notamment d’un représentant de l’APCAM, des producteurs, de la filière maïs et le sous-chef de l’Agriculture.

« Cette disposition concerne les zones CMDT et offices », ajoute le conférencier, qui poursuit que les producteurs qui remplissent les critères et préalablement inscrits sont élus pour bénéficier les intrants subventionnés.

Aussi, a-t-il fait savoir, pour obtenir ces intrants, le producteur est obligé de cultiver les cultures concernées par la subvention et d’être propriétaire d’une parcelle.

Par ailleurs, dira le Directeur national de l’Agriculture, 3 milliards FCFA ont été consacrés au secteur de l’élevage pour subventionner les aliments bétails.

Quant au Directeur national de la Production et de l’industrie animale, Kalifa Dembélé, il a énuméré les types d’animaux concernés par cette subvention, à savoir : les vaches laitières, les embauches bovines, les volailles, les poulets, etc.

« C’est-à-dire, l’Etat subventionne les 30% des aliments et les éleveurs se charges du reste. Mais en condition qu’il soit membre d’une organisation d’éleveurs éligible pour la subvention », a-t-il précisé.

Pour sa part, le Directeur national de la Pêche, Nouhoun Berthé, estime que les 900 millions de FCFA de subvention accordés par l’Etat au secteur aquaculture ne pourront pas satisfaire tous les besoins à cause de l’insuffisance de cette ressource.

Le président de l’Assemblée permanente de la chambre d’Agriculture du Mali (APCAM), Sanoussi Bouya Sylla, a rassuré que des grandes dispositions sont prises par sa structure pour que l’engrais et les intrants subventionnés soient utilisés dans les champs.

En tout en invitant les populations à dénoncer les fraudeurs, le président de l’APCAM a déploré le retard accusé dans les fournitures des intrants, en exhortant le gouvernement à s’exécuter avant le démarrage de la campagne.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur