Budget : La Banque mondiale augmente son appui

La Banque mondiale va multiplier par six le niveau de son appui budgétaire au Mali,  avec une enveloppe d’un montant de 250 millions de dollars (environ 146,75 milliards FCFA) au titre de l’année 2019. Cet appui sera principalement destiné au secteur de l’énergie.

 

La décision a été prise à l’issue de discussions avec les autorités, pour soutenir les efforts du gouvernement malien. Des discussions tenues en marge des réunions de printemps 2019 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington.

C’est une délégation conduite par le ministre malien de l’Économie et des finances, Dr Boubou Cissé, qui a rencontré les responsables de la Banque mondiale pour des échanges sur le suivi de la mise en œuvre des réformes sectorielles présentées par les autorités maliennes dans le cadre de la nouvelle série d’appuis budgétaires généraux.

Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre, le ministère malien de l’Économie et des finances souligne que « les deux parties ont convenu du renforcement des réformes en cours concernant le secteur de l’électricité, l’amélioration du programme de subventions des intrants agricoles, le capital humain et la gestion foncière ».

Avant d’ajouter que « de nouvelles réformes devront être engagées dans le domaine des finances publiques, de la gouvernance, de la santé et de l’éducation ».

Poursuivre les engagements

Sur le plan mondial, les responsables du Comité de développement ont annoncé, à la suite de ces réunions de Printemps 2019, un ralentissement de l’activité économique mondiale, dans un contexte où « subsiste le risque d’une dégradation de la situation ». « Les perspectives d’investissement sont devenues moins favorables, les faiblesses liées à l’endettement persistent et l’incertitude entourant les politiques publiques pèsent sur la confiance ».

Le groupe de la Banque mondiale réaffirme par ailleurs sa volonté de poursuivre l’atteinte de son double objectif de lutte contre l’extrême pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée et son rôle dans le monde pour la réalisation de sa vision.

Le groupe souligne en outre l’importance de l’IDA (Fonds destiné aux pays les plus pauvres), dans la réalisation de ses objectifs et de ceux du Développement durable.

Le Comité de développement invite le groupe à mettre l’accent sur l’emploi et la transformation économique dans les pays IDA. Face au niveau d’endettement de ces pays, le Comité encourage le groupe de la Banque mondiale à envisager des mesures fortes pour la viabilité de la dette de ces pays.

Journal du mali

Suivez-nous sur Facebook sur