Bourse des légumes : LA TOMATE TRÈS SOLLICITÉE

La tomate est quotidiennement consommée dans tous les foyers maliens. Elle relève le goût de la majorité des recettes préparées dans les cuisines. Ce condiment fétiche ne serait- il pas le plus ancien de nos produits maraîchers ? La tomate serait originaire des Andes en Amérique du sud, particulièrement du Pérou. Elle est cultivée en toute saison, d’où sa présence pérenne dans le panier de la ménagère. 

Ce condiment, utilisé dans la sauce comme légume, est très apprécié par les femmes. La tomate peut être consommée crue, en salade, mélangée à d’autres ingrédients. Les tomates vertes entrent dans la fabrication de confitures. Quant elles sont mûres elles sont transformées en purée ou en jus de fruit. En réalité, la tomate est un fruit, même si beaucoup de gens la considèrent comme un « légume ». La tomate, largement cultivée pour son fruit, est une plante herbacée sensible au froid.
Actuellement ce précieux légume inonde les marchés de Bamako.

Coumba Cissé, vendeuse de tomates au marché « Wonida » approvisionne les foyers de Bamako depuis environ cinq ans. « Je vends des tomates. Le petit panier cédé à 5 000 Fcfa et le gros à 10 000 Fcfa. Je m’approvisionne à Bélédougou et à Niono pour venir vendre au marché « Wonida ». De nos jours, nous sommes confrontés au problème de conservation des tomates. Autrefois les tomates se conservaient longtemps, mais actuellement à cause de l’excès d’engrais elles se fermentent vite », a t-elle soulignée. Mariam Diallo est aussi une vendeuse grossiste de tomates au marché « Wonida ». Elle nous commente son activité commerciale : « Je vends des tomates il y a de cela 20 ans. Je m’approvisionne dans les marchés hebdomadaires du Bélèdougou, du Wassoulou. A mon retour je distribue le matin ma marchandise entre les revendeurs des paniers de tomates. Le soir je collecte mon gain. En cette période de chaleur, la tomate se ramollit vite. Surtout à cause de l’excès d’engrais ».

Mariam Cissé est vendeuse de tomates au marché de Niamankoro. Elle affirme que cette activité rapporte peu en ce moment. Comme c’est la saison le marché est inondé. L’offre submerge les achats des ménagères.
Le grossiste Sidiki Sangaré est distributeur dans un marché à Bamako. « Mes tomates viennent de Kati, Nionsombougou et Yègèbougou. Cette traite dure de janvier à mai. Pendant l’hivernage les tomates nous arrivent de Sikasso », précise Sidiki.
Mme Diarra Nènè Camara, ménagère au foyer est catégorique : « Dans tous mes plats j’utilise de la tomate. La tomate donne un goût irrésistible à la sauce.»
Mme Sylla Kadia Diarra, elle aussi accorde une place importante à la tomate dans ses repas. « Quant la saison des tomates commencent, je peux préparer la sauce de tomate 3 fois par semaine. La tomate est très enrichissante », dit-elle.

Mme Fofana Fanta, une ménagère nous assure qu’elle achète de la tomate au moins 5 fois par semaine. « Une sauce préparée avec des tomates n’a pas le même goût que celle cuisinée sans l’assaisonnement des tomates.

Le goût de la sauce faite avec les tomates est plus agréable que celle préparée sans les tomates », explique Mme Fofana Fanta.

Les tomates se conservent bien pendant 3-5 jours. Il est également possible de les garder au réfrigérateur pendant une dizaine de jours. Mais le froid détruit leur saveur et leur parfum. Par ailleurs ce condiment a la particularité de conserver son goût lorsqu’il est transformé en concentré de tomate. Les tomates peuvent être séchées. La tomate est un légume très riche pour la santé. Ce légume renferme de nombreux minéraux : potassium, phosphore et magnésium ; ainsi que des oligo-éléments : fer, zinc, cobalt, nickel,  fluor, bore. La tomate constitue une bonne source de vitamine C et de vitamines du groupe B, notamment B3, B5 et B9 (acide folique ou folates).

Fatoumata T.  DIAWARA

L’Essor

Suivez-nous sur Facebook sur