BNDA : 459 MILLIARDS DE FCFA INJECTÉS DANS L’ÉCONOMIE MALIENNE

La Banque verte se classe première parmi les établissements bancaires de notre pays en termes de fonds propres avec 62,7 milliards de Fcfa et demeure le premier partenaire du secteur agricole. En 2018, elle a réalisé un résultat bénéficiaire net de 8 milliards de Fcfa

 

Les administrateurs de la Banque verte du Mali étaient réunis, le lundi 13 mai 2019 à Paris, pour la 132è session du conseil d’administration sous la présidence du président du conseil d’administration, M. Moussa Alassane Diallo. Après la présentation des comptes, les administrateurs ont approuvé à l’unanimité les états financiers de l’exercice clos le 31 décembre 2018. La part de la BNDA dans le financement bancaire et dans la collecte des dépôts s’améliore : crédits (13%) et dépôts (11,4%).
Durant cet exercice, la BNDA a injecté dans l’économie nationale, 459 milliards de Fcfa de crédits en augmentation de 8% par rapport à 2017. 53% de cette enveloppe, soit 245 milliards de Fcfa ayant été dédié au secteur agricole. S’agissant des dépôts (hors dettes rattachées et emprunts à la clientèle) à fin décembre 2018, ils s’élèvent à 300.275 millions de Fcfa contre 251.772 millions de Fcfa au 31 décembre 2017, soit une hausse exceptionnelle de (48,5 milliards de Fcfa) 19% due à l’efficience du réseau et à la détermination des commerciaux et des services supports et du professionnalisme des collaborateurs. Cette augmentation de la collecte est en corrélation à l’augmentation du nombre de comptes. En effet, les nouveaux comptes se chiffrent à 34 250 pour un objectif annuel de 27 000 comptes, soit une progression de 12% par rapport à 2017 et 126% par rapport aux prévisions du PMT 2016-2020. L’évolution des dépôts traduit la confiance de plus en plus grandissante des clients vis-à-vis de leur banque.
Le Produit Net Bancaire (PNB) a atteint 36.448 millions en progression de 4% par rapport à 2017 malgré l’étalement de certaines commissions conformément au nouveau PCB pour 1700 millions de Fcfa. Ce qui maintient la BNDA dans le peloton de tête des institutions bancaires au Mali et confirme sa position de leader.
« Les performances de la banque ont été réalisées grâce à une adaptation constante des moyens de production, des métiers et procédures et, l’amélioration de la qualité des ressources humaines », a souligné le président du conseil d’administration, Moussa Alassane Diallo. Il a cependant souligné que la BNDA a réalisé ces performances dans un contexte économique très difficile marqué par l’assèchement des ressources financières du pays, les crises sectorielles dans les domaines de l’habitat et des hydrocarbures, ayant accentué l’insolvabilité de bon nombre de clients.
Malgré ces difficultés, la Banque verte a renforcé sa structure financière par une augmentation de capital de 6 400 millions portant le capital à 36 295 millions de Fcfa et ses fonds propres effectifs à plus de 62,7 milliards de Fcfa, maintenant de loin la BNDA comme première banque en terme de fonds propres.
Par ailleurs, le conseil a validé d’autres dossiers comme la réorganisation du réseau et l’extension du siège en plus des dossiers portant sur la gouvernance de la banque. La BNDA a aussi versé 11 milliards de Fcfa au Trésor public au titre de divers impôts et taxes en 2018.
De cette 132è session du conseil d’administration, on retiendra que la BNDA se classe première banque en terme de fonds propres; se classe au rang de troisième banque de la place par rapport au total-bilan et demeure le premier partenaire du secteur agricole. Elle a renforcé sa collecte de ressources afin de se désengager des contraintes et incertitudes du marché monétaire et assurer le développement autonome de ses activités. Ces performances ont valu au directeur général Souleymane Waïgalo et à son équipe les félicitations du conseil d’administration sous la conduite de son président Moussa Alassane Diallo.

Makanfing
KONATÉ
Correspondance 
particulière

Source: L’ Essor- Mali

Suivez-nous sur Facebook sur