Bioénergie : les acteurs en concertation pour relever les défis majeurs

«La bioénergie au Mali, état des lieux et perspectives», est le thème de l’atelier de concertation autour de la bioénergie, organisé, hier, par l’Agence nationale de développement des biocarburants (ANADEB). La rencontre était présidée par Famakan Kamissoko, conseiller technique au ministère de l’Energie et de l’Eau. C’était en présence de la directrice nationale de l’énergie, Aminata Fofana, du président du conseil d’administration de l’ANADEB, Abdoulaye Diané et du directeur général de l’ANADEB, Madani Mamadou Diallo. Cette rencontre constituait un moment de dialogue et de réflexion afin d’orienter et éclairer les choix stratégies de l’ANADEB, dans le cadre de la promotion des bioénergies au Mali. Elle visait à permettre aux acteurs d’échanger afin de relever les défis majeurs du secteur de la bioénergie.


Dans son discours d’ouverture, le représentant du ministre de l’Energie et de l’Eau expliquera que le bilan énergétique du Mali se caractérise par la prédominance des combustibles, marquée par une faible valorisation des ressources énergétiques nationales, notamment les bioénergies. Pour remédier à cette dépendance, a-t-il dit, notre pays a entrepris plusieurs stratégies et actions visant à développer les énergies renouvelables. Ce, pour augmenter substantiellement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national à travers un partenariat public-privé (PPP).
Famakan Kamissoko a rappelé que l’ANADEB, créée en 2009, a pour mission la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement des biocarburants qui vise à instaurer un cadre unique d’actions en vue d’assurer une meilleure cohérence dans le développement des biocarburants au Mali, notamment dans la production de l’électricité, le transport et la motorisation agricole. L’adoption de cette politique, a soutenu le représentant du ministre, est le manifeste de l’Etat malien d’atténuer sa dépendance énergétique de l’importation des produits pétroliers, et ainsi lutter contre la pauvreté, tout en protégeant notre environnement.
Par ailleurs, Famakan Kamissoko a affirmé que l’Agence a entamé plusieurs démarches visant à élargir son champ d’intervention. Des actions, qui selon lui, permettront d’avoir une vision plus globale sur la promotion de la biomasse et inscrire la réflexion sur le développement du secteur.
S’agissant de ces démarches évoquées par le conseiller technique, cette année, l’ANADEB a entamé plusieurs projets dans l’électrification du monde rural. Parmi ces initiatives, l’on note la centrale de production de biogaz et le projet dit de la «zone d’activité électrifiée» à travers la bioénergie.
Selon les explications du directeur général de l’agence, Madani Mamadou Diallo, le premier projet consistera à construire huit unités de 8 mètres cube et cinq autres unités de 6 mètres cube, dans les périphériques du district de Bamako. Les Régions de Kayes, Ségou et Sikasso sont aussi concernées par le projet, précisera-t-il. Quant au projet de la « zone d’activité électrifiée», il sera un espace où l’ensemble des unités de production du village de Waramandiana, dans la Région de Koulikoro, sera concentré et alimentée à l’aide de la bioénergie, a affirmé le directeur de l’ANADEB, tout en invitant les participants à des échanges plus ouverts, afin d’aboutir à de conclusions riches et significatives.
Amadou B. MAÏGA

 

Source: L’Essor- Mali

Suivez-nous sur Facebook sur