BIM : L’heure de la banqueroute ?

Pour des causes multiples, de nombreux clients de la Banque internationale du Mali (BIM) ferment leurs comptes. Cet établissement financier tenu par les Marocains nage en eaux troubles ces derniers temps, donnant des soucis à plusieurs de ses clients fonctionnaires ayant choisi d’y transférer leurs salaires.

Mais beaucoup de fonctionnaires ont fait la douloureuse expérience en comprenant qu’il est plus facile d’ouvrir un compte à la BIM que de retrouver sa liberté en fermant son compte. Une des raisons du départ des clients est le retard du paiement des salaires des fonctionnaires dont les comptes sont domiciliés à la banque. Ce sont des fonctionnaires de la fonction publique de l’Etat et ceux de la fonction publique des collectivités territoriales qui constituent le gros lot des mécontents qui n’aspirent qu’à une chose : avoir leur argent à temps comme leurs collègues ayant jeté leur dévolue sur d’autres banques.

L’on apprend ainsi que beaucoup de partants sont en train de demander à la BIM le certificat de non endettement afin de permettre à d’autres banques de les accepter. L’intérêt de l’obtention de ce certificat est qu’il permet aux autres banques de savoir que les fonctionnaires et salariés qui quittent la BIM sont solvables. Du Côté travailleurs, on ne cherche pas plus que l’opportunité de voir les salaires virés plus rapidement.

Il est de notoriété publique que les autres banques de la place payent les fonctionnaires et autres salariés avant la BIM qui fait poiroter ses clients à la fin de chaque mois. Mais pour tenter d’arrêter l’hémorragie, la BIM entreprend des démarches dissuasives. L’une de ses trouvailles est de refuser la délivrance du fameux certificat de non endettement à ceux qui souhaitent prendre la distance avec elle.

Si les autres banques demandent le certificat de non endettement, c’est pour s’assurer que les nouveaux venus n’ont pas une dette. Même dans ce cas de figure, il est possible qu’une autre banque achète la dette d’un client dans certaines conditions. Cela est une opération risquée que beaucoup de banques préfèrent éviter puisqu’elle comporte de nombreux risques pouvant compromettre et la banque et les clients.

La BIM doit tout mettre en œuvre afin de donner satisfaction à ses clients dans les limites de la législation en vigueur. Le défi pour la banque marocaine est de ne pas être dans le lot des banques à problème dont on entend le plus souvent au Mali depuis quelques mois. Généralement, les petits problèmes du genre qui est en train de faire partir actuellement les clients de la BIM sont révélateurs d’une crise plus grave que les banques ne laissent pas voir. Mais pour ce client qui est à la BIM, le problème va au-delà de tout cela. En effet, cet agent croit mordicus que la banque risque de fermer les portes si rien n’est fait dans les plus brefs délais. Selon un client de la même banque commentant un article concernant la banque ‘’ C’est à la BIM que j’ai vu une caisse fermée parce que la caissière a perdu un membre de sa famille et personne n’est là par la remplacer. Un autre de témoigner ‘’ les coupures d’électricité, impossibilité de transfert d’agence alors des mutations des clients, toujours pas de connexion pendant les moments de paiement des salaires, voilà des maux dont nous souffrons à la BIM’’.

L’on apprend d’ailleurs que certains agents se retrouvent à la porte parce que l’institution serait en incapacité surmonter même les charges du personnel. Une situation qui inquiète aujourd’hui ceux qui ont choisi d’élire domicile dans cette banque.

Affaire à suivre !

Source: La Sirène

Suivez-nous sur Facebook sur