Bilan et perspectives sur les grands chantiers routiers de l’ère IBK : Mention spéciale au génie créateur humain du secteur !

Chapeau bas aux valeureux techniciens du secteur, notamment de la direction nationale des routes qui, sous l’impulsion du ministre TRAORE Seynabou DIOP, ont su élaborer les bons éléments de la politique nationale en matière des routes et des ouvrages d’art pour mettre en œuvre ce gigantesque programme présidentiel

 Dans le cadre de la mise en œuvre du vaste « chantier présidentiel du désenclavement intérieur et extérieur du pays », des résultats élogieux ont été obtenus sur l’ensemble du territoire national dans le domaine des routes. Les cinq projets routiers prioritaires 2016-2018 lancés, respectivement le 3 mai à Dialakorodji, le 6 mai à Kangaba, le 8 mai à Sadiola, et le 13 mai à Kalana restent mémorables sur le bilan des grandes infrastructures routières réalisées ou en cours et celles en perspective, sous le Président IBK. Les bons résultats dans ce secteur sont au premier rang dans le bilan du premier quinquennat d’IBK.

Mais le mérite revient surtout au génie créateur humain du secteur  sans lequel, la mise en œuvre du programme présidentiel ne serait qu’utopique. L’on ne peut pas parler de ces techniciens du domaine sans faire une mention spéciale à l’actuel Directeur National des Routes, M. Mamadou Naman Keita, Ingénieur des Constructions Civiles, un chef aux barres parallèles. Un valeureux cadre très discret mais très passionné et habile dans son domaine, nous avons pu découvrir  son rôle d’ingéniosité dans la bonne coordination et le contrôle de toute l’activité dans la réalisation de ces grandes infrastructures routières en sa qualité de directeur national des routes.

Grace à ce génie créateur humain dont le pouvoir de tutelle est assuré par une  brave dame, Mme  TRAORE Seynabou DIOP, IBK a pu entendre parler de lui au sujet des routes et ponts réalisés ou réhabilités pendant ces cinq ans.  En effet, l’on note, depuis 2013, la construction et l’aménagement de la route Badougou-Toukoto-Bafoulabé pour un montant de 4 milliards FCFA ; la construction et l’aménagement de la voie d’accès Kénièba-Fadougou-Falémé-Faléa avec la mise à l’eau du bac de Faléa sur la Falémé pour un coût de 400 millions FCFA ; la construction et l’aménagement de la route Diakon-Oussoubidjandia-Sandaré pour un montant de plus de 900 millions FCFA ; le bitumage de la route de Manantali Mahina pour un montant d’environ 14 milliards FCFA ; le bitumage de la route Bafoulabé Mahina Diallola pour un montant de 2,4 milliards FCFA ; le démarrage des travaux du 2e pont de Kayes et de ses voies d’accès pour un montant estimé à 58 milliards FCFA et la réhabilitation du pont existant de Kayes pour un montant de 2,3 milliards FCFA.

Dans le lot figurent les routes Sadiola-Kénièba ; Kita-Toukoto-Bafoulabé avec la construction de deux ponts ; Nioro-Yélimané-Dialaka. S’y ajoute, le bitumage de la voie d’accès à Mahou, dans la région de Sikasso, d’une longueur de 7,8 km, pour un montant de 1,387 milliard FCFA ; le bitumage de la route Tominian-Bénéna-Frontière Burkina Faso, d’une longueur de 33,8 km pour un montant de 5,7 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Wo-Bankass-Koro-Frontière Burkina Faso, d’une longueur de 33 km pour un montant de 6,2 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Niafunké-Tonka-Goundam-Diré-Tombouctou, d’une longueur de 198 km pour un montant de 24 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Banamba- Touba, d’une longueur de 3 km pour un montant de 1,06 milliard de FCFA ; le renforcement du Boulevard de la CEDEAO, d’une longueur de 12 km pour un montant de 7,9 milliards FCFA ; la construction d’un pont sur le fleuve Dégou à Manankoro et ses voies d’accès pour un montant de 2,3 milliards de FCFA ; la construction de la piste d’accès à Mafélé, d’une longueur de 20 km pour un montant de 1,5 milliard de FCFA ; la construction et l’aménagement de la route Konna-Korientzé, d’une longueur de 65 km pour un montant de 521 millions FCFA.

Aussi, le bitumage de la route Bénéna-Mandiakuy, d’une longueur de 18 km pour un montant de 5,6 milliards de FCFA ; la construction en 2×2 voies de la route Bamako-Koulikoro, d’une longueur de 45 km pour un montant de 58, 014 milliards de FCFA ; la construction du pont de Kayo et de ses voies d’accès, pour un montant de 43 563 milliards FCFA ; la construction de l’échangeur au rond-point de Markala et l’aménagement de 10 km de voirie urbaine à Ségou pour un montant de 23, 264 milliards FCFA ; la construction du pont de Kouoro barrage entre Sikasso et Koutiala pour un montant de 3 792 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire, d’une longueur de 140 km pour un montant de 38,62 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Léré-Niafunké et Goma Coura-Léré, d’une longueur de 286 km pour un montant de 54, 679 milliards de FCFA ; le bitumage de la route Macina-Diafarabé, d’une longueur de 43 km pour un montant de 13 milliards de FCFA.

Dans le domaine de l’entretien courant, des efforts importants ont été consentis dans le but de maintenir le trafic tout en améliorant le niveau de service du réseau routier. Selon les sources proches du département, c’est ainsi que plus de 16 000 km du réseau prioritaire sont entretenus annuellement dont environ 5 000 km de routes revêtues et 1 000 km de routes en
terre.
L’entretien aura également concerné 1 200 km de pistes rurales dans les zones CMDT
et OHVN. Aussi, la réalisation des travaux par la méthode de Haute Intensité de Main
d’œuvre (HIMO) a permis la création de plus de 7 000 emplois.

Dans la même dynamique,  le gouvernement a entrepris des actions pour la prochaine  construction et le bitumage des axes : Kwala-Mourdiah-Nara ; la section Tour de l’Afrique- Yirirnadio- voie de raccordement du 3e pont avec la construction d’un échangeur ; la traversée de la ville de Sikasso en 2×2 voies, etc. De même,
le financement des projets de bitumage des routes : Nioro- Yélimané-Dialaka ;
Sikasso-Zégoua en 2×2 voies ; Bourern-Anéfis-Kidal ; Sévaré-Gao ; Koro-Douentza-
Tombouctou avec un pont sur le fleuve Niger à Tombouctou ; Ansongo-Ménaka-
Andéramboukane ; Kita- Toukoto-Bafoulabé avec la construction de deux ponts ;
Sadiola-Kéniéba ; Bamako-Ségou, phase 2 ; Dioila-Massigui-Koualé-Kébila ; Bougouni-Manankoro-Frontière Côte d’Ivoire ; ainsi que la construction du 4e pont de Bamako et du pont de Ségou.

Grace à ce même génie créateur sur lequel il peut compter, le président de la République a  encore intégré dans son projet de société 2018-2023, la poursuite de son vaste chantier du désenclavement intérieur et extérieur du pays avec la réalisation d’au moins 1000 km de routes bitumées.

Daniel KOURIBA

Source : Le Renard du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur