BAISSE DE FOURNITURE ENERGETIQUE AU MALI : L’état entraine EDM-sa tout droit vers la faillite

En cette période de forte chaleur et de début de saison pluvieuse, les perspectives sont loin, très loin d’être reluisantes pour la société Energie du Mali (EDM-sa). Les usagers ont donc toutes les raisons d’être inquiets. Surtout que les délestages ont repris de plus belle depuis quelques temps et le seul argument servi aux usagers en guise d’excuse est l’incendie. Mais il y a surtout que des fournisseurs en difficulté commencent à suspendre leur production.

 malick alhousseini maiga ministre energie eau edm

Il faut rappeler que cette suspension était prévue depuis fin décembre 2016 puis janvier 2017.  Une rupture qui a failli intervenir lors d’évènements d’envergure comme la Coupe d’Afrique des Nations de football et le Sommet France Afrique de Bamako. Une éventualité qui avait suscité beaucoup d’inquiétude au point que beaucoup de Bamakois ne dormaient plus que d’un œil. Malgré les nombreuses promesses du département de l’énergie auxquelles ont cru les dirigeants d’Aggreko, la situation est loin d’avoir évolué. Pour calmer les ardeurs de son partenaire,  le département avait tenté de gagner du temps en faisant croire qu’une partie des fonds étaient en cours de remboursement. Ainsi, Aggreko est informée que le 24 avril 2017, un ordre de transfert de 1.5 millions d’Euros (soit environ 1 Milliards de Fcfa) avait été adressé à la Banque Atlantique du Mali.  La vérification plusieurs jours après,

ces fonds n’étaient pas encore crédités sur le compte d’Aggreko. Avant cela, un engagement précédent de 800 Millions pris le 3 avril.

L’échéancier de payement convenu est le suivant :   4.6 millions d’euros au plus tard le 10 mai 2017, 6.1 millions d’euros au plus tard le 25 mai 2017 et 3.5 millions d’euros pour le 15 juin 2017. Un engagement loin d’être respecté. Les 951.000 Euros règlés à la date du 8 mai restent largement insignifiants au regard de la somme globale due. Rien que pour la première étape de cet échéancier du 10 Mai, il reste 3.6 Millions d’Euros à honorer, soient plus de 2 Milliards. A ce jour, le montant des encours dus à Aggreko est de 15.5 millions de Dollars (environ 9.3 milliards de FCFA).

D’autres sociétés comme SCS, CI énergie, sénélec et d’autres fournisseurs sont dans la même situation et attendent  aussi de recouvrer leurs sous. Le total dû aux différents partenaires s’élève à 63 Milliards. Aujourd’hui, l’on se rend compte que l’autonomie énergétique pompeusement annoncée par le Ministre de l’énergie Malick Alhousséini n’a pas tracé le moindre sillon.

Qu’est-ce qui justifie ces rapports peu exemplaires avec les fournisseurs quand on sait que de nombreux autres pays à travers le monde, dont près de la totalité des états en Afrique louent l’énergie avec la même société Aggreko ? D’ailleurs, même les pays voisins auprès desquels le ministère a orienté l’état pour une autre location à crédit sont clients ladite société en question.

La subvention accordée par l’état ne peut pas faire face aux besoins financiers de l’EDM. Paradoxalement, ce sont les services de l’état qui contribuent à davantage enfoncer l’EDM dans la faillite. A eux seuls, ils consomment en moyenne 2 Milliards de FCFA par mois. A ce jour, leurs dettes s’élèvent  à 7 Milliards de FCFA que Malick Alhousséini est totalement incapable de faire encaisser. Vendredi 19 Mai dernier, certains prestataires ont commencé à couper la fourniture d’énergie.

La Rédaction

Suivez-nous sur Facebook sur