A propos des ressources générées de la redevance et de la lettre de voiture du CMTR : Quand un ancien transporteur et ancien pensionnaire de la prison centrale de Bamako tombe honteusement dans des accusations absurdes et fallacieuses contre Youssouf Traoré et les membres consulaires

N’ayant toujours pas digéré sa perte de qualité de titre de transporteur et son titre de vice-président du bureau du conseil malien des transporteurs routiers depuis 2013, Malick Boubou Diallo sous le couvert d’une fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs, ne cesse de porter des allégations mensongères, diffamatoires et fallacieuses contre le président du conseil malien des transporteurs routiers et les membres consulaires affiliés. La dernière accusation fallacieuse portée par cet ancien pensionnaire de la prison centrale de Bamako  contre Youssouf Traoré porte sur les  ressources générées par la vente des tickets et de la lettre de voiture qu’il évalue à 40 milliards de francs CFA par an. L’objectif n’est ni moins ni plus que de nuire à la personne de Youssouf Traoré dont il voue une haine viscérale depuis 2013

 

Après avoir déposé une plainte au Pôle économique en 2014 contre le président du conseil malien des transporteurs routiers pour détournement de plus d’Un(1) milliard de francs CFA des fonds destinés aux transporteurs maliens, Malick Boubou Diallo a été débouté par la justice. Et pour cause après plusieurs mois d’enquête, les conclusions des juges ont trouvé que ses accusations sont sans fondement et du coup Youssouf Traoré a été blanchiMais c’était mal connaitre cet ancien transporteur qui a perdu sa qualité de transporteur et qui a juré d’avoir la peau de Youssouf Traoré tant que ce dernier demeure à la tête du CMTR. Pour ceux qui ne le savent pas Monsieur Diallo était le 2e vice-président du bureau du CMTR de 2007 à 2013. Mais hélas pour lui et conformément aux textes régissant le CMTR, Monsieur Diallo ne remplit les critères d’éligibilités pour être membre consulaire condition préalable pour être membre du bureau. N’ayant pas digéré cette perte de qualité de titre de transporteur l’homme, sous le couvert d’une fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs, n’avait qu’une seule arme à savoir la diffamation, le dénigrement et le mensonge contre le président Youssouf et les 376 membres consulaires du conseil. C’est ainsi que de cette date tous les Premiers ministres et les ministres des transports qui se sont succédé ont été induits à l’erreur par cet ancien pensionnaire de la prison centrale de Bamako en les faisant croire qu’ils sont privés de leur droit par le président Youssouf Traoré et ses membres comme s’il en a le droit. N’ayant pas obtenu gain de cause, toujours sous le couvert de sa fantomatique association se réclamant au nom des transporteurs, Malick Boubou Diallo fait parler encore de lui la semaine dernière à travers une conférence de presse lorsqu’il accuse honteusement et sans vergogne de nouveau le président Youssouf Traoré et les membres consulaires du CMTR de générer 40 milliards de francs CFA par an à l’insu des transporteurs maliens bien vrai qu’il ne soit pas un transporteur. Comme cela ne le suffit pas il tombe dans des allégations mensongères et fallacieuses en déclarant que ces fonds qui sont issus de la Redevance communément appelée ticket et de la lettre de voiture n’ont aucun fondement juridique alors. Le comble de son ironie c’est lorsqu’il affirme devant les journalistes que les fonds issus de la vente de ces tickets et de la lettre de voiture son vendus à 25 000 francs CFA et directement gérés par Youssouf Traoré et son bureau. Mais ce que Malick Boubou Diallo ne dit pas c’est qu’il était le concepteur principal de cette idée de ticket lorsqu’il occupait le poste de 2e vice-président du bureau du CMTR. Et à la faveur d’une mission effectuée à Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal et dans le district de Bamako où il était chef de mission le 13 Avril 2009, Malick Boubou Diallo avait  déclaré dans son rapport que l’instauration de la redevance à l’instar de la lettre de voiture est belle et bien légale car à ses dires cette redevance vient combler le vide et prendre en compte les catégories du transport routier. Et depuis le 03 Février 2010, un arrêté interministériel No 10-0263/MET-MEF-MIIC-SG du 03 février 2010 a fixé les modalités de gestion des ressources générées par la redevance pour l’émission de lettre de voiture. Contrairement au montant avancé par Malick, le prix de la lettre de voiture est fixé à 2500 FCFA à l’international et 1000 FCFA sur le plan national pour les transporteurs affiliés au CMTR. Ces montants sont versés au trésor. Quant au prix des tickets, il s’élève à 10 000 FCFA à l’international et 5 000 FCFA sur le plan national pour les véhicules chargés. Ces montants sont versés dans un compte autorisé par le ministère des Finances qui assure la présidence du comité de gestion de ces fonds. En déclarant que le CMTR génère 40 milliards de francs CFA par an sur les ressources de la redevance et de la lettre de voiture ne sont qu’une pure hallucination des ennemis jurés de Youssouf Traoré pour lui nuire. Hélas ils se sont trompés de cible une fois de plus et doivent aller recharger leur batterie. A titre de rappel, le CMTR est une structure créée par l’Etat malien le 3 juillet 2004 pour faire  face au désordre ambiant du transport routier malien et de l’inorganisation totale des acteurs de ce secteur très important. C’est dans le but de regrouper tous les acteurs du transport éparpillés au sein de 22 syndicats et de 3 à 4 confédérations au sein d’une structure dénommée conseil malien des transporteurs routiers doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière par l’Assemblée nationale en sa séance plénière. Et cette loi  fut promulguée par le président de la république, Amadou Toumani Touré le 03 Août 2004.

Sadou Bocoum

Mutation

Suivez-nous sur Facebook sur