72è session du conseil des ministres de l’OMVS: les acteurs prônent la poursuite de l’initiative 400 MW

En marge de la 18e conférence des Chefs d’Etat de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), les ministres en charges de l’énergie et de l’eau des quatre pays membres de l’OMVS) ont tenu leur 72e session ordinaire du conseil des ministres. Cette session budgétaire s’étend sur deux jours (les 05 et 06 décembre 2019) au centre international de conférence de Bamako (CICB).

 

L’ouverture des travaux présidés par Check Taliby Sylla, président du Conseil des ministres de l’OMVS, également non moins du ministre de l’Energie de la Guinée Conakry, a eu lieu, ce jeudi, en présence de ses homologues du Mali, de la Mauritanie. Quant au Sénégal, il était représenté par son ambassadeur au Mali.
On y notait également la présence de Hamed Diane Sémega, haut commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal.
A l’ouverture des travaux, Hamed Diane Séméga, haut commissaire de l’OMVS, a fait le bilan, sa prise de fonction en 2017. Selon lui, les responsables de l’OMVS s’étaient attelés à la réalisation de plusieurs chantiers importants. L’OMVS a mis le focus sur les priorités édictées par le président de l’Instance suprême de l’OMVS. Parmi ces priorités, il a cité la modernisation de l’OMVS, l’augmentation de l’offre d’énergie d’hydroélectrique, la poursuite de la coopération inclusive entre les Etats membres et la navigabilité du fleuve. Pour ce projet, Hamed DIANE SEMEGA a dit que l’OMVS a signé un contrat commercial, le 11 octobre dernier, avec la société indienne AFCONS, spécialisée dans les grandes infrastructures.
Concernant ce dossier, le Haut-commissaire SEMEGA a informé que les structures du système avaient engagé, en juillet 2017, la réalisation d’une étude de revue institutionnelle et de financement du système OMVS. Selon lui, les efforts dans ce domaine ont été essentiellement focalisés sur le démarrage rapide du projet d’aménagement du barrage hydroélectrique de KOUKOUTAMBA et celui de GOURBASSI. Il a rappelé que l’OMVS avait choisi l’option de ‘’contrat clé en main’’ avec apport de financement (EPC -F). A cela s’ajoute, selon Hamed Diane SEMEGA, la signature d’un contrat commercial en date du 26 février 2019, à CONAKRY avec la société chinoise SINOHYDRO pour Koukoutamba.
S’agissant de GOURBASSI, Hamed DIANE SEMEGA a signalé qu’un procès verbal de négociation du contrat avait été signé par l’OMVS avec la société chinoise ‘’CHINA MACHINERY CORPORATION ». Le haut commissaire de l’OMVS a affirmé que son organisation n’est pas exempte des dégradations occasionnées par le changement climatique. Pour le Haut commissaire, cette réalité que le bassin du fleuve Sénégal subit, est en train d’être exacerbée par l’orpaillage clandestin. Selon Hamed Diane, ce phénomène agit de manière effrénée, et en dehors de tout contrôle au niveau des frontières des Pays membres de l’OMVS.
En termes de mission, le haut commissaire de l’OMVS a rappelé qu’il a été recommandé entre autres mesures, la mise place d’une brigade mixte de surveillance dans le bassin du fleuve Sénégal et l’utilisation de la législation la plus contraignante des pays respectifs sur la gestion des ressources en eau.
L’OMVS compte réaliser en 2020, selon le Haut commissaire, le même genre de mission en Guinée pour constater, de près, le niveau des dégâts causés par l’orpaillage clandestin sur les affluents du fleuve Sénégal. Hamed DIANE SEMEGA, a insisté sur l’engagement de son organisation à poursuivre la mise en œuvre de l’initiative 400 MW de l’énergie solaire à l’horizon 2021.

Par SABA BALLO

Source : Info-Matin

Suivez-nous sur Facebook sur