5ème édition du Forum de l’habitat des banques et des assurances du 27 au 29 avril à New : York pour faciliter l’accès de la diaspora à des logements décents

La 5ème édition du Forum de l’habitat, des banques et assurances (FOHABA), un peu spéciale, aura lieu les 27, 28 et 29 avril prochains à New York aux Etats-Unis. C’est ce qui ressort essentiellement de la conférence de presse tenue le jeudi 12 avril 2018 dans la salle de Conférence de l’ACI, par les organisateurs du Forum. Cette rencontre des organisateurs du FOHABA avec les hommes de médias était placée sous la présidence de M. AllayeTéssougué, chef de Cabinet du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. En effet, pour les initiateurs du Forum, notamment pour son promoteur, M. Abdoulaye Traoré, l’événement vise à favoriser l’accès de la diaspora à des logements décents qui demeure une préoccupation majeure pour de nombreux maliens, surtout ceux résidants à l’étranger.

«Il vise à apporter la sécurité aux Maliens de l’extérieur en les offrant une grande variété des logements de qualité», a indiqué Traoré qui n’a pas manqué de rappeler que les précédentes éditions du forum ont enregistré une promesse d’investissement de plus de 8 milliards de F CFA. Souleymane Diawara de l’ACI, a rappelé que sa structure a toujours accompagné le FOHABA et continuera à le faire. Car, indique-t-il « l’ACI ne pourrait pas rester en marge d’un tel événement». Quant à M. Cherif Mohamed Haidara du CSDM, il trouve que le forum est une idée fabuleuse, géniale et novatrice.  M. Haidara, soulignera, en outre, que la réunion des acquis du forum fait valoir que les assureurs et les banques font l’union pour que chaque malien établi à l’étranger ait un toit et qu’il ne perde rien pour avoir sa maison. Quant Mme Safiatou Doumbia, représentante du partenaire Orabank, elle a parlé de la situation de son institution qui est présente, selon elle dans 4 zones monétaires et 12 pays, fera en sorte que les Maliens de la Diaspora aient un toit de façon sécurisée, tout en les évitant d’être victime d’abus de confiance.  Pour sa part, M. Allaye Téssougué, chef de Cabinet du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, il a profité de l’occasion pour dire qu’une offre spéciale sera faite par les autorités aux Maliens de la Diaspora dans la prochaine attribution des logements sociaux.  S’agissant du FOHABA proprement dit,  il a indiqué que l’Etat ne ménagera aucun effort pour accompagner le forum. Pour rappel, le FOHABA est une invitation à un espace de rencontres, d’échanges et de souscriptions aux différents produits des banques, assurances et des agences immobilières. Et, la 5ème édition se déroulera du 27 au 29 avril 2018 à New York, aux Etats Unis.

***************

La société minière SOMILO-GOUNKOTO sensibilise sur le respect des sites aurifères au Mali

Pour sauvegarder l’environnement et lutter contre l’occupation des sites d’autrui par des orpailleurs, la société minière de Loulo (SOMILO-GOUNKOTO) à travers la Fédération des orpailleurs du Mali a organisé quatre jours de sensibilisation dans la zone aurifère de Kéniéba. L’objectif de ces quatre jours de tournée était de sensibiliser les populations de Djidian, de kofing, de Bamboto et de la ville de Kéniéba  dans la première région sur le respect des sites aurifères légalement acquise.  Le tout, avec l’expertise de l’Agence de Communication Dion com. A tire de rappelle, la société des mines de Loulo (SOMILO GOUNKOTO) est une société d’exploitation minière qui opère à Loulo dans le cercle de Kéniéba en première région. Selon nos sources, depuis son arrivée, elle évolue dans le respect de ses engagements vis-à-vis de l’Etat malien et également celles des populations des zones aurifères. Dans le strict respect de ses engagements envers les populations, la mine de Loulo œuvre pour la sauvegarde de l’environnement, d’ouvrir des opportunités à la jeunesse pour réduire le taux de chômage et de ne pas aller à la rechercher de l’or dans des endroits d’autrui, surtout à celles qui ont signé des conventions avec les autorités. Cela, pour rehausser leur travail et de réduire les conséquences néfastes de l’exploitation minière sur notre territoire. Il s’agit aussi de la prise en compte des défis liés au changement climatique et la protection de l’environnement. C’est dans cette optique, que ces quatre journées de sensibilisation ont été initiées. Toujours, selon nos sources, débutées le lundi 26 mars, dans le cercle de Kéniéba, avec une délégation composée d’un groupe de travail et des hommes de médias, ces quatre journées ont été mises à profit, pour sensibiliser et informer le grand public à travers cette sortie grandiose de sensibilisation du respect des sites aurifères d’autrui. Et également, ces tournées avaient aussi pour objectif de permettre aux populations cibles de mieux comprendre les technologies adéquates dans notre pays en matière de lutte contre la dégradation de la nature. En outre, ces journées ont  permis de renforcer les capacités de ces populations, surtout les orpailleurs traditionnels, par rapport à l’utilisation efficiente des ressources naturelles et enfin de lutter contre  l’exploitation d’or dans les  espaces d’autrui, qui est, aujourd’hui, à l’origine de tous les conflits miniers.

Notre source indique que partout où les sensibilisateurs ont passé, la sortie immense de la population a été constater, et sur le visage des chefs de ces villages on remarquait la joie et satisfaction. Ce qui fut le cas de Tounko Sissoko, chef de village de kofing, âgé plus 80 ans. «Le choix de son village pour un tel évènement est inédit de chez nous et combattre les mauvais comportements de nos orpailleurs est à saluer. Car avec l’utilisation des produits dangereux, tels que le mercure, le cyanure et autres, la population n’est point à l’abri des maladies mortelles» a affirmé le chef du village de Tounko. Tous sont unanimes qu’il est l’heure de la mise en œuvre d’une synergie action entre orpailleurs traductionnels et de travailler dans des bonnes conditions qui prévoient la loi. Aussi, il y a nécessité de mettre fin à l’exploitation de l’or dans des sites d’autrui, surtout pour les sociétés minières qui ont signé des conventions avec l’Etat malien. Toujours, selon notre source, pour respecter les sites des sociétés Minières qui ont signé des conventions avec l’Etat, le président de la fédération des orpailleurs du Mali, M. Adama Camara a rassuré que toutes les mesures seront prises pour aider ces sites minières à bien opérer dans leur travail. Car la SOMILO-GOUNKOTO joue un rôle primordial pour la protection environnementale et offre également des opportunités à la jeunesse. Signalons que, selon notre source, dès  la fin de ces journées de sensibilisation, un bon air soufflerait entre la société SOMILO-GOUNKOTO et les orpailleurs traditionnels de la localité.

*****************
ENSEIGNEMENT SECONDAIRE PRIVE : SORTIR VITE DE L’IMBROGLIO

Dans nombre d’établissements privés de l’enseignement secondaire, les salaires des vacataires ne tombent pas régulièrement. Ils accumulent des arriérés importants et cette situation peut avoir des conséquences fâcheuses sur la qualité de l’enseignement.  Dans le milieu enseignant, beaucoup pensent que c’est aller vite que de penser que l’adoption de la loi n0 94-032 du 25 juillet 1994 fixant le statut de l’enseignement privé dans notre pays pouvait permettre de relever comme d’un coup de baguette magique les multiples challenges de l’éducation en général, et de l’enseignement privé en particulier. Les établissements d’enseignement privé du secondaire représentent aussi une alternative de formation, en dehors du public et doivent répondre aux mêmes exigences de qualité. Ces établissements qui n’ont pas généralement les compétences requises dans toutes les disciplines sollicitent les enseignants du public pour pallier l’insuffisance de spécialistes, mais aussi apporter plus de crédit à leur formation. Ils ont aussi des permanents. Mais tous ou presque sont plus ou moins confrontés à un retard de paiement des salaires. Dans nombre de cas, percevoir son salaire ne semble pas aller de soi pour leurs enseignants. Aujourd’hui, les arriérés de salaires au niveau de l’enseignement privé secondaire constituent une préoccupation récurrente et suffisamment évoquée pour qu’on s’y intéresse. Les enseignants qui font la vacation dans le secteur sont souvent désignés sous le vocable peu flatteur de « mercenaires ».  Ils sont censés recevoir des rétributions au prorata des heures de cours, à terme échu. Malheureusement, ces salaires se font attendre des mois.
A la lumière d’une analyse croisée des différents responsables et promoteurs d’établissements scolaires rencontrés, on peut faire le constat d’une situation différente selon les établissements et des raisons multiples. Broulaye Diarrassouba est professeur d’anglais dans un lycée de la Commune IV. Il officie à la fois dans plusieurs écoles et est conscient de la problématique. Certains employeurs paient les trois premiers mois de l’année scolaire et les arriérés sont réglés plus d’un semestre après. Cet interlocuteur s’en accommode mal mais il admet aussi que les promoteurs d’établissements privés aussi ont des difficultés de trésorerie. Oumar enseigne l’Allemand dans un établissement privé. Il vit la même situation. Il affirme avoir reçu ses 9 mois de salaire de l’année scolaire écoulée, seulement en septembre dernier et après d’intenses négociations.

======================

TRANSPORT AERIEN : LA SOCIÉTÉ SUKHOI PRÉSENTE SON SUPERJET 100

Une bonne circulation des biens et services est essentielle pour atteindre les objectifs en matière de commerce, de croissance et de développement. En vue de nouer un partenariat fécond dans le domaine du transport aérien, le ministre des Transports et du Désenclavement, Moulage Ahmed Boubacar a rencontré, hier à l’aéroport international président Modibo Kéita-Sénou, les responsables d’Afreximbank et son partenaire, la société SUKHOI, une compagnie d’aviation réputée dans le développement de nouveaux modèles d’avions. Ces partenaires ont présenté aux autorités maliennes un exemplaire de leur création: le sukhoi 100. Accompagné de ses collègues de la Sécurité et de l’Equipement ainsi que de certains membres de son cabinet, le ministre des Transports et du Désenclavement a pu découvrir de plus près le nouvel avion de transport. Les deux parties ont ainsi montré leur intérêt à nouer un partenariat qui pourrait déboucher sur l’amélioration du transport aérien dans notre pays, une priorité selon Moulaye Ahmed Boubacar. De marque sukhoi superjet 100 (SSJ100), cet appareil allie la conception et les techniques de production réputées des Russes au système de pointé des leaders mondiaux de l’aéronautique. Il offre des niveaux d’économie, de performance, d’efficacité écologique jamais vus auparavant sur un avion de ligne de 100 places et de confort, selon le représentant d’Afreximbank, Rene Awambeng.

 

Source: infosepte

Suivez-nous sur Facebook sur