19ème Congrès International et Exposition de l’Association Africaine de l’Eau : Le Mali gagne le pari de la mobilisation

L’hôtel Laïco de l’Amitié abrite depuis le dimanche 11 février, le 19ème Congrès International et Exposition de l’Association Africaine de l’Eau. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga qui avait à ses côtés, les ministres en charge de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini, de l’Environnement et de l’Assainissement, Mme Keita Aida M’Bo, le Directeur Général de la SOMAGEP-SA, Boubacar Kane, président du Congrès, le président de l’Association Africaine de l’Eau, Abderrahim El Hafidi, le président honoraire du Conseil Mondial de l’Eau, Loïc Fauchon et le Maire de la Commune II.

Dans son intervention, le Maire de la Commune II a exprimé sa joie pour le choix de sa commune pour abriter un tel congrès qui vise la promotion de l’accès à l’eau potable des populations.

A sa suite, le président du Congrès, Aboubacar Kane a remercié l’Association Africaine de l’Eau (AAE) pour le choix porté sur le Mali pour abriter ce congrès. Selon lui, c’est une association professionnelle forte de plus de 100 sociétés d’eau et d’assainissement provenant de plus de 40 pays d’Afrique et avec plus de 50 membres affiliés provenant de partout dans le monde. Son objectif dit-il, est  l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement des populations africaines à travers le renforcement des capacités des acteurs clés.

Pour lui, le thème de ce 19ème congrès « accélérer l’accès à l’assainissement et l’eau pour tous en Afrique face aux défis du changement climatique » est un thème d’actualité.au regard des conséquences du changement climatique sur la vie des populations. Parmi ces conséquences, il a cité la rareté de l’eau avec le tarissement des fleuves et les eaux souterraines. Selon lui, l’accès à l’eau potable et son inégale répartition devient un problème majeur auquel il faut trouver urgemment des solutions.  C’est pourquoi, il a invité les acteurs à se donner la main pour  faire face à ce problème.

D’après lui, à travers une réforme institutionnelle de 2010, le Mali a décidé de se pencher sérieusement sur les problèmes d’accès à l’eau potable avec la création de deux sociétés d’eau dont la première, la SOMAPEP-SA a pour mission la gestion du patrimoine et le développement du secteur par la recherche des financements innovants et la 2ème, la SOMAGEP SA qui s’occupe de l’exploitation technique et financière des infrastructures mises à sa disposition par la première (SOMAPEP-SA). A en croire M. Kane,  c’est sur la base de cette même volonté de trouver des solutions aux problèmes d’assainissement que l’Etat a décidé de la création en 2017, de l’Agence Nationale de Gestion des Stations d’Epuration du Mali (ANGESEM).

Pour sa part, Abderrahim El Hafidi a rappelé l’importance de ce congrès qui se veut biennal. Selon lui, l’Afrique est le continent qui souffre le plus des conséquences du changement climatique alors qu’il a moins à jouer dans les causes de ce changement climatique. Il dira que les conséquences du changement climatique se manifestent par une rareté très inquiétante des ressources en eau, des inondations et des sècheresses régulières et qui ont une lourde conséquence sur la vie des populations.

Loïc Fauchon quant à lui a invité les acteurs africains à chercher les causes du changement climatique pour trouver des solutions adaptées aux problèmes qui ne touche pas l’Afrique seulement mais le monde.

Le ministre et de l’Energie et de l’Eau MalickAlhousseynia rappelé la ferme détermination du gouvernement dans l’atteinte des objectifs d’approvisionnement en eau et l’assainissement à travers un vaste programme dénommé « Programme Présidentiel d’Urgences Sociales ». Selon lui, plusieurs activités annoncées dans le cadre de ce programme ont été réalisées ou sont en cours de réalisation.

Pour lui, la tenue de ce 19ème congrès de l’Association Africaine l’Eauà Bamako prouve à suffisance que le Mali est de retour sur la scène internationale.

Le Premier ministre SoumeylouBoubèyeMaiga de son côté a promis une baisse du prix de l’eau en supprimant les acteurs intermédiaires, qui selon, rendent plus élevé le coût de l’eau. La cérémonie a pris fin par la coupure du ruban de l’exposition suivie d’une visite des stands.

M.D

Source: Tjikan

Suivez-nous sur Facebook sur