Une patrouille des forces de sécurité maliennes démantèle une position des terroristes dans le Centre du Mali

Bamako, Mali, 9 août (Infosplusgabon) – Plusieurs terroristes ont été neutralisés, mercredi à Douentza, dans la région de Mopti, dans le Centre du Mali, lorsqu’une patrouille des forces de sécurité maliennes ont démantelé, mercredi, leur position dans cette partie du pays, rapporte la presse malienne.

L’accrochage est survenu à une quarantaine de kilomètres de la ville de Douentza et plusieurs assaillants, dont le nombre n’est pas déterminé, ont été neutralisés, des armes et munitions ont également été saisies.

La position démantelée servait de base pour les groupes terroristes qui sévissent dans cette partie du Centre du pays, appelée le “Gourma”, toujours en proie à des attaques terroristes, le plus souvent perpétrées par la Katiba Ansar Eddine Macina du prédicateur d’ethnie peule Amadou Koufa.

Donné pour mort lors d’une attaque menée conjointement par les forces armées maliennes et les forces françaises de Barkane, mais réapparu dans une vidéo démentant sa mort, Amadou Koufa est un djihadiste qui a prêté allégeance au Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) dont le chef est un autre djihadiste malien d’ethnie touareg, Iyad Ag Ghali.

Selon des sources sécuritaires, un Bataillon composé des forces armées maliennes et des mouvements signataires de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali, qui vient de terminer une formation, sera déployé bientôt dans le Gourma pour traquer les groupes terroristes.

Rappelons que l’Accord de paix et de réconciliation a été signé en mai-juin 2015 à Bamako entre le gouvernement malien, les groupes armés du Nord et la communauté internationale, en vue de parvenir à une paix définitive au Mali, après une série de rébellions touarègues exacerbées à partir de 2012 par des attaques perpétrées par des djihadistes de toutes sortes.

Les rebelles touaregs et les djihadistes avaient occupé le Nord-Mali, soit les deux tiers du territoire national, de mars 2012 à janvier 2013, avant d’en être chassés par les forces françaises du Serval, aujourd’hui Barkhane, les forces maliennes et africaines.

FIN/INFOSPLUSGABON/AZR/GABON2019

Source: infoplus

Suivez-nous sur Facebook sur