Si les massacres d’AGUELHOCK ont été la base de la chute d’ATT: Le centre du Mali le sera-t-il pour IBK ?

Dioura, Ogossagou, Koulongo, Sobane-Da, Gangafani 2, Yoro, nous en oublions volontiers, sont parmi les villages martyrs du centre du Mali où les jours passent et se ressemblent tous en mauvaises nouvelles. Les morts se comptent par centaines et cela presque tous les jours, sous les regards impuissants des autorités. A ces massacres odieux des populations innocentes au centre, s’est greffée une misère noire qui touche la quasi-totalité des populations maliennes. Il y a désormais risque d’embrasement, car les signes avant-coureurs d’un soulèvement sont perceptibles. IBK pourrait-il anticiper en s’impliquant personnellement afin d’avoir des solutions idoines ? Dans le cas contraire, il risque d’être chassé par la rue.


D’Oumar Tatam Ly à Boubou Cissé, en passant par Moussa Mara, Modibo Keita, Abdoulaye Idrissa Maiga et Soumeylou Boubèye Maiga, le Président IBK a nommé en six ans de gouvernance six Premiers ministres et des centaines de ministres, mais la situation socio-politico-sécuritaire ne s’est guère améliorée. On va du mal en pis, et nombreux sont les citoyens maliens qui pensent que le problème du Mali n’est ni un Premier ministre, ni un ministre, mais que c’est le Président de la République lui-même. Alors, son actuel Premier ministre, Boubou Cissé, est condamné à réussir pour éviter au régime IBK ce qui est arrivé à ATT en 2012 et le plutôt serait le mieux. Car toutes les conditions d’un soulèvement populaire sont réunies aujourd’hui au Mali. Aucun régime, légitime soit-il, ne peut survivre d’une telle gravissime situation dans laquelle se trouve le pays. Le nord du Mali est devenu la chasse gardée de la minorité arabo- touareg soutenue par la France. Le centre est devenu un véritable mouroir où deux communautés s’entretuent sous les regards impuissants des forces de défense et de sécurité, pour l’équipement et la formation desquelles l’Etat consacre plus de 22 % de son budget par an. Au-delà du budget alloué pour l’équipement et l’amélioration des conditions de vie et de travail des militaires, il y a également la loi de programmation militaire qui permet de débloquer chaque année des centaines de milliards. Que dire des services de renseignements qui n’ont jamais vu venir les assaillants en dépit de leurs moyens matériels et financiers ? En tous les cas, ils n’ont jamais permis à nos forces d’empêcher une tuerie. Pire, au lieu que le gouvernement renforce la présence de l’Etat dans les localités en proies à l’insécurité, c’est plutôt des rumeurs du retrait des préfets et sous-préfets des zones à risque qui circulent sur les réseaux sociaux.
A cette anxiété des populations du nord et du centre, s’ajoute la misère de celles du sud qui broient du noir faute d’argent pour faire face aux besoins les plus urgents. La coupe semble pleine et le régime est désormais menacé d’effondrement.
En définitive, les tueries de Gangafani 2 et de Yoro le lundi 17 juin, moins d’une semaine après les massacres de Sobane-Da, ont fini par permettre aux plus optimistes de tirer la conclusion selon laquelle IBK n’est plus à mesure de sortir le Mali de la crise. Par conséquent, le mieux pour lui serait de rendre le tablier ou au pire des cas se faire chasser par le peuple et non par l’armée, comme ce fut le cas avec ATT
Youssouf Sissoko

Source: Infosept

Suivez-nous sur Facebook sur