Secteur de la défense et de la sécurité au Mali : Transparence et redevabilité

Le cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie (CRI 2002) et son partenaire Transparency International Défense et Sécurité (TI-DS) poursuivent la formation des formateurs de focus groups pour la consolidation de la contribution de la société civile malienne au renforcement de la transparence et de la redevabilité dans le secteur de la défense au Mali.

Après la séance d’information publique tenue à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Bèye le 07 juin dernier, le processus s’est poursuivi le 27 juin à la Maison des Aînés. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la dynamique de développement d’une stratégie dédiée au renforcement de l’engagement des citoyens à travers les organisations de la société civile malienne avec les institutions de défense pour promouvoir l’intégrité, la transparence et la redevabilité dans le secteur de la défense.
La rencontre a regroupé autour des membres de CRI 2002 et de Transparency International Défense et Sécurité, des acteurs étatiques et non étatiques et des membres de la société civile.
La transparence et la redevabilité jouent un rôle important dans le secteur de la défense et de la sécurité. Cela concerne les forces armées, la gendarmerie et la garde nationale. Avec des acteurs étatiques et non étatiques, il s’agit de créer des groupes de discussion pour traiter de ces questions de transparence, de faciliter le dialogue de procéder à un éventail d’échanges entre les participants, de connaître leur perception sur ces sujets. Avec les focus groups, il est question de promouvoir l’engagement et la confiance de toutes les parties, de faire en sorte que tout le monde se sente impliqué. La société civile doit avoir une bonne représentation et représenter les points de vue. Il faut éviter de chercher à obtenir un consensus. Le travail sera assuré par des modérateurs qui auront à charge d’orienter les discussions et de valider les données. S’ensuivra une synthèse des données. Puis il y aura une analyse et une présentation des résultats. Les participants pourront alors à faire des propositions. Au cours des débats, le modérateur doit avoir en tête de bien mener la discussion, d’instaurer une discipline, de garantir l’égalité des points de vue. Les questions doivent être simples à comprendre. Les débats doivent faire ressortir les grandes difficultés des forces de défense, de les hiérarchiser, de proposer quelques pistes de solutions, d’identifier les mécanismes à même de contribuer à assurer l’intégrité du territoire national, de les évaluer. A l’issue des débats, le modérateur doit avoir retenu les idées les plus pertinentes, les remarques majeures, les idées inattendues, ce qui a bien fonctionné et les souhaits de changement.
A.L

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook sur