SALIF KEITA A DIT PLUS HAUT CE QUE LES MALIENS MURMURENT PLUS BAS: Qui doute encore de la grande responsabilité de la France dans la situation du Mali ?

La vidéo de l’icône de la chanson malienne, fustigeant la France comme étant la seule responsable de la chienlit généralisée au Mali, a fait le tour de la toile et créé l’émoi dans certains milieux diplomatiques. Et pourtant, l’artiste malien n’a fait que dire plus haut ce que la majorité des maliens pensent plus bas, à savoir que la France serait complice des Djihadistes et aurait empêché l’armée malienne de se mouvoir sur le territoire du Mali. Faudrait-il soutenir Salif Keita ou le jeter en pâture ? Qui sont ceux qui doutent encore de la complicité de la France dans l’enlisement de la crise malienne ? Que dire de cette autre conversation téléphonique  entre un membre de la CMA et un militaire agissant au nom d’un  capitaine des forces françaises Barkhane parlant des positions des FAMa à BER ?

Si Salif Keita, selon ses détracteurs n’a aucune preuve quand il affirma que la France paie des gens pour attaquer les positions des Famas, la conversation téléphonique  qui défraie la chronique sur les réseaux sociaux dans laquelle un membre de la CMA, basé à Ber s’inquiétait de la progression des FAMa vers sa localité n’est-elle pas une preuve supplémentaire de la duplicité de la France dans la crise malienne ? Dans cette conversation, un militaire de Barkhane agissant au nom d’un capitaine avait rassuré  son interlocuteur, que les militaires maliens n’arriveront pas à Ber et qu’ils vont retourner à Tombouctou. Cette allégation a été confirmée par un autre militaire de Barkhane qui dit avoir pris les dispositions pour que les FAMa n’arrivent jamais à Ber, un des bastions de la CMA.  Mieux, comment pourrait-on comprendre que la France puisse interdire l’accès de certaines localités du pays aux militaires maliens ? C’est le cas de Kidal, de certains endroits de Ménaka, de Ber et d’autres localités du septentrion malien.  Comment pourrait-on cantonner une armée régulière et permettre aux terroristes de se mouvoir sans être inquiété ? Comment en dépit des moyens colossaux dont la France dispose que quelques centaines des djihadistes empêchent tous les pays du Sahel de dormir ?  La France est, à tout point de vue, complice des ennemis de la paix et de la stabilité au Mali et au Sahel.

Donc, qu’on foute la paix à notre Domingo de la musique malienne. Salif Keita ne pourrait qu’avoir le soutien d’une très grande frange du peuple malien. La France et ses valets doivent comprendre que le Mali est un grand pays tout comme son peuple.

Parlant de la vidéo qui a suscité beaucoup de réactions tant nationales qu’internationales, hormis les attaques personnelles, elle reflète le sentiment général des maliens qui en ont assez de la situation sécuritaire  qui va de mal en pire.  Salif Keita, en indexant la France comme étant la seule responsable de l’enlisement de la crise au Mali, a exprimé un sentiment, qui se trouve être celui de la grande majorité des maliens. D’ailleurs comme pour donner raison à Salif Keita voici une autre conversation téléphonique entre deux militaires de Barkhane et un membre de la CMA. Après cette conversation téléphonique l’ambassadeur de la France qui a réagi pour démentir les propos de Salif Keita, doit se dédire.

La France pourrait crier, se lamenter, se justifier et même changer de stratégie, mais elle aura du mal à convaincre la majorité des maliens qui ont déjà fait leur religion sur la responsabilité de la France dans la chienlit au centre et au nord du Mali.

En somme, il est grand temps que la société civile  malienne prenne le relai du combat contre la France pour que le Mali puisse recouvrer l’entièreté de son intégrité territoriale. Elle peut réclamer la Russie comme la République Centre Africaine ou comme le Burkina qui, après avoir rappelé la France à l’ordre,  vient également  de découvrir le pot aux roses. « Dehors la France, bienvenue à la Russie »

Youssouf Sissoko INFO SEPT 

Suivez-nous sur Facebook sur