Mondoro: La lettre de réconciliation des djihadistes à la population

Affaiblie par les opérations des forces armées maliennes et la guerre de clan avec le groupe ‘’Daoulatoune Islamia’’, la branche djihadiste dont le nommé Oumar Ongoiba est membre, proche d’Amadou Kouffa, sévissant dans la Commune rurale de Mondoro décrète, semble-t-il,  la fin des hostilités avec les populations locales. Elle envoie une lettre explicative aux habitants du village.

 

« Nous ne faisons plus la guerre avec les populations de Mondoro et de Kikoly (hameau agricole situé à une dizaine de kilomètre du chef-lieu de la Commune, [ndlr]). Elles peuvent, désormais, vaguer librement à leurs occupations », relève-t-on dans une lettre écrite en arabe, lue devant les populations et les militaires en poste, hier jeudi 28 mai à Mondoro.

« Par contre, nous continuerons à combattre les éléments du groupe ‘’Daoulatoune Islamia’’, qui commettent le vol de bétails et d’enlèvement des individus dans la zone », précise la même lettre.

Transitée par Yangassadjou, village situé à l’Est à une trentaine de kilomètres de la destination, Mondoro, la lettre des djihadistes était directement adressée au chef de village du chef-lieu de la Commune, basé présentement à Douentza.

Selon nos informations, le chef de village a été informé par sa population mais aussi par le chef militaire en poste de l’arrivée de la lettre, lequel a donné, après réticence, son quitus pour sa lecture.

Retranchés dans la forêt, les auteurs de cette inattendue lettre, des djihadistes proches d’Amadou Kouffa, allié à Iyad Ag Ghaly, selon les habitants du village, sont à l’origine de la situation d’insécurité qui sévit dans la zone et responsables de nombreux actes de terrorisme et de banditisme.

Otage des djihadistes

Le djihadiste Oumar Ongoiba qui n’a pas le soutien de sa communauté serait l’initiateur de la lettre annonçant la fin des hostilités. Affreusement mécontents de lui, les habitants lui reprochent d’être à l’origine des enlèvements de personnes, toujours détenues en otage par des djihadistes et de vol de bétails.

A Mondoro, l’arrivée de la lettre est diversement interprétée. Certains ne croient pas à sa véracité et estiment même à une stratégie pour ces djihadistes de trouver refuge au sein de la communauté.

Pour ce spécialiste des questions sécuritaires, si la lettre des djihadistes adressée à la population de Mondoro est authentique, cela prouve qu’ils sont beaucoup affaiblis et sont en train de chercher une protection.

« Je pense que cette lettre n’est pas anodine. Elle parait comme une manière de chercher la protection des populations face à l’offensive des forces armées malienne et burkinabé qui s’opèrent contre eux dans la zone. Les populations doivent faire extrêmement attention et ne pas tomber dans leur piège », prévient le spécialiste des questions sécuritaires sous couvert de l’anonymat.

En conclusion, de tel changement, aussi brutal, de ces djihadistes ne pourrait les servir de protection. Il est à prendre avec méfiance. Et ce proverbe belge est clair dans ce sens : ‘Nul ne peut ressembler à une chèvre quand il est né d’un chien’’.

L’express du Mali

Suivez-nous sur Facebook sur