Mme Sy Kadiatou Sow à propos du dialogue national inclusif : « Nous ne voulons pas qu’on nous impose un agenda qui n’est pas l’agenda du Mali »

La plateforme ANW KO MALI DRON a tenu samedi 12 octobre 2019 son assemblée générale d’information. L’objectif était d’informer ses membres ainsi que l’opinion nationale et internationale sur les raisons de son refus de participer au processus. Ainsi, la plateforme soulève-t-elle beaucoup d’anomalies quant à la légitimité du processus, son caractère inclusif son caractère contraignant et l’indépendance de l’équipe qui dirige le processus.

La cérémonie a enregistré, autour Mme Sy Kadiatou Sow présidente de la plateforme, plusieurs personnalités politiques et celles de la société civile dont l’ancien premier ministre Modibo Sidibé , président des FARES, Me Mountaga Tall, président du CNID, Ibrahim N’Diaye, vice-président de l’URD et Bakary Doumbia du forum de la société civile. Si dans ses propos liminaires, Mme Sy kadiatou Sow, présidente de la plateforme ANW KO MALI DRON a souligné que  « Ce dialogue ne correspond pas à ce que les maliens dans leur majorité ont souhaité, ce n’est pas ce dialogue que nous voulons. Nous sommes artisans du dialogue pour poser les vrais problèmes du Mali mais nous ne voulons pas qu’on nous impose un agenda qui n’est pas l’agenda du Mali ».

Quant à Modibo Sidibé, il a d’abord contesté la démarche entamée par le Triumvirat et est allé plus loin en disant que le processus n’est ni inclusif ni participatif et que son caractère n’est pas contraignant. Selon le président des FARES, le Triumvirat ainsi que les membres du comité d’organisation ne sont pas indépendants comme la plateforme l’a toujours demandé. C’est en raison de toutes ces anomalies que la plateforme a décidé de ne pas y participer. Il ajouté que le dit dialogue a comme objectifs la révision constitutionnelle et l’appropriation de l’accord politique de gouvernance. Au cours de l’assemblée générale d’information, des propositions concrètes ont été faites pour informer le grand nombre du peuple malien sur le mal fondé du présent dialogue et des intentions politiques qui se cachent derrière. Il faut noter que par la suite, l’assemblée générale s’est transformée en procès du mouvement démocratique et beaucoup de jeunes participants ont demandé le bilan du mouvement démocratique car pour eux, les acteurs du mouvement démocratique sont à la base des maux qui minent le développement du Mali.

Mamadou Nimaga

Source: L’Enquêteur

 

Suivez-nous sur Facebook sur