Maman Sambo Sidikou, secrétaire permanent du G5-SAHEL : “Le CSS est un outil stratégique pour la stabilité dans la région”

Le secrétaire permanent du G5-Sahel, Maman Sambo Sidikou a reconnu les efforts consentis par le Collège sahélien de sécurité pour la cohésion sociale et la lutte contre le crime organisé. 

Pour le renforcement des organes du G5-Sahel, le Collège sahélien de sécurité a été doté d’un siège mercredi 12 septembre à Bamako. L’inauguration de ce siège donne une nouvelle dynamique à cette structure qui développe une culture commune aux pays du G5-Sahel. Selon le coordonnateur des activités du Collège sahélien de sécurité, le général Moro Diakité, rappelant que le CSS a pour objectif de se substituer dans son nouveau format au CSS créé en 2012 dans le cadre du projet UE-CT Sahel, constituer un réseau des acteurs de la sécurité et assurer une part de la formation continue des cadres des forces de sécurité intérieure.

Le CSS a préfiguré l’émergence du G5-Sahel, explique le représentant de la Délégation de l’Union européenne, Géza Strammer, précisant qu’il a été créé en 2011 et officiellement lancé en septembre 2012. Il s’agissait, poursuit-il, au départ d’un collège nomade animé par une présidence tournante jusqu’à ce que le conseil des ministres du G5-Sahel décide en février 2017 l’installation d’une structure permanente à Bamako.

“Dans son format actuel, le CSS est un organe de formation du G5-Sahel qui a pour objectif la constitution d’un réseau d’acteurs de la sécurité. Il contribue aussi à développer une culture commune de stratégie de lutte pour la stabilité. Financé par l’Union européenne, à hauteur de 6 millions d’euros via le programme d’appui à la mise en œuvre du G5-Sahel à travers Civipol, la direction de la coopération du ministère français, la GIZ et autres partenaires, il est reconnu aujourd’hui comme une structure pérenne de formation continue des cadres supérieurs et des magistrats, mais aussi un lien d’échange d’idée de haut niveau sur les questions de sécurité. C’est ainsi que depuis février 2014, le CSS a livré quatre formations, séminaires, thématiques et d’exercices. Quatre autres rencontres techniques ont été organisées à Ouagadougou, Niamey, Nouakchott et Tchad. Au total, 366 cadres du G5-Sahel dont 20 % des femmes ont bénéficié de l’expertise du CSS…”

Lors du dernier conseil d’administration du CSS, ses membres ont planifié des thèmes d’activité jusqu’au mois de novembre 2018.  Parmi ces activités le conseil d’administration a souhaité reconduire une formation thématique et un exercice portant sur la “cybercriminalité et preuve numérique” en raison du succès remporté par les précédentes éditions. Le conseil d’administration se réunit pour la troisième reprise les 12 et 13 septembre 2018.

Le secrétaire permanent du G-5 Sahel, Maman Sambo Sidikou a fait savoir que le CSS est un outil stratégique pour l’atteinte des objectifs de son institution. Il a déjà démontré son efficacité et il est important d’y participer à son renforcement pour la prospérité du Sahel.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Général Salif Traoré, a réaffirmé le soutien du gouvernement malien au CSS dans la stabilité des pays du G5-Sahel. Pour lui, les efforts du CSS sont aujourd’hui appréciables.

Bréhima Sogoba

Source: L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook sur