Mali : une cérémonie aux Invalides pour les 13 soldats tués

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré qu’elle se rendra prochainement au Mali pour rendre hommage aux 13 soldats tués, le 25 novembre.

Par Le Point.fr

Ce qu’il faut retenir :

– Treize militaires de la force Barkhane ont trouvé la mort dans la collision accidentelle de deux hélicoptères lors d’une opération de combat contre des djihadistes, a annoncé mardi l’Élysée. Dans la soirée du 25 novembre, dans le Liptako malien, un hélicoptère de combat Tigre est entré en collision avec un hélicoptère de manœuvre et d’assaut Cougar, selon des sources de la Défense.

– Dans un message publié sur Twitter, le président de la République écrit : « Ces treize héros n’avaient qu’un seul but : nous protéger. Je m’incline devant la douleur de leurs proches et de leurs camarades. »

– L’opération Barkhane mobilise 4 500 militaires au Sahel. Cet accident provoque l’un des plus lourds bilans humains essuyés par l’armée française depuis l’attentat du Drakkar, à Beyrouth en 1983. Cet accident porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l’intervention française dans ce pays du Sahel en 2013, avec l’opération Serval.

– Il s’agit du bilan humain le plus lourd pour les opérations extérieures de l’Armée française depuis 36 ans. Le 23 octobre 1983, 58 soldats français avaient été tués lors de l’attentat du Drakkar à Beyrouth (Liban). L’accident de lundi dépasse le bilan de l’embuscade d’Uzbin en Afghanistan le 18 août 208, où dix Français avaient perdu la vie. Il porte le nombre de décès en opérations extérieures à 18 pour 2019.

– Une cérémonie aux Invalides pour les 13 soldats tués va être organisée, a annoncé en début d’après-midi la ministre des Armées Florence Parly.

 – Florence Parly, la ministre des Armées, va se rendre au Mali

C’est une affluence record, ce mardi 26 novembre, dans la salle de presse du ministère des armées à Balard, pour la conférence de presse de la ministre des Armées Florence Parly. Hier, 13 soldats français ont trouvé la mort au Mali, lors de la collision de deux hélicoptères.

Florence Parly a débuté en citant les 13 noms des militaires tués et ceux de leurs unités. Elle a indiqué qu’elle se rendra prochainement à Gao avec le chef d’état major des armées et le chef d’état major de l’armée de terre pour leur rendre hommage. “Lors de l’accident, il faisait nuit noire, et c’était une nuit sans lune, l’obscurité était totale”, décrit-elle, la voix chargée d’émotion.

Les deux boîtes noires ont été récupérées (une par hélicoptère). Le général François Lecointre, chef d’état-major des armées, très ému lui aussi, a donné quelques éléments sur l’opération et rendu hommage aux morts.

 – Benoît Hamon s'”incline” en mémoire des militaires décédés

Le fondateur de Génération·s a réagi dans l’après-midi au décès des 13 militaires français dans un accident d’hélicoptères au Mali. “Je m’incline en mémoire de nos 13 soldats de l’opération #Barkhane tragiquement morts au Sahel (…) Mes pensées vont à leurs familles et à

 

 – Le plus lourd bilan depuis 1983

Il s’agit du bilan humain le plus lourd pour les opérations extérieures de l’armée française depuis 36 ans. Le 23 octobre 1983, 58 soldats français avaient été tués lors de l’attentat du Drakkar à Beyrouth (Liban). L’accident de lundi dépasse le bilan de l’embuscade d’Uzbin en Afghanistan, où dix Français avaient perdu la vie. Il porte le nombre de décès en opérations extérieures à 18 pour 2019.

 – Tigre et Cougar, deux hélicoptères fiables

Les deux appareils de l’aviation légère de l’armée de terre (Alat), un Tigre et un Cougar, évoluent régulièrement ensemble lorsqu’ils assurent l’appui des troupes au sol. Le Tigre est un hélicoptère d’attaque au sol biplace, alors que le Cougar est un hélicoptère de transport de troupes et d’appui léger. Engagés sans discontinuer en Afghanistan, en Libye ou au Sahel, ils sont considérés comme des appareils fiables.
 

 – L'”émotion” de Cédric Villani

Le député LREM de l’Essonne et candidat à la mairie de Paris a fait part mardi après-midi sur Twitter de sa “grande émotion” et de son “profond respect” après la mort de 13 militaires au Mali. “Ils combattaient le terrorisme pour préserver notre sécurité et la liberté. Mes pensées vont vers leurs familles et proches”, a poursuivi l’élu.

 – Le Mali et le Burkina Faso solidaires de la France

Le gouvernement du Mali et le président du Burkina Faso, deux pays où opère Barkhane, ont exprimé mardi leur solidarité avec la France après la mort de treize soldats français de l’opération anti-djihadiste dans la collision accidentelle de deux hélicoptères. “Le Mali est aux côtés de la France dans cette épreuve qui endeuille nos deux armées”, a dit sur les réseaux sociaux le porte-parole du gouvernement malien et ministre de la Communication Yaya Sangaré. Dans un message destiné au président français Emmanuel Macron et posté sur Twitter, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré “salue (la) mémoire” des soldats disparus et “adresse (ses) sincères condoléances à leurs familles ainsi qu’à l’ensemble du peuple français”. Le Mali et le Burkina Faso sont en proie aux violences djihadistes et Barkhane combat aux côtés de leurs armées nationales.

 

 – Un rassemblement ce mardi soir pour les “héros” de Pau

François Bayrou, le maire de Pau, ville dont étaient originaires 7 des victimes de l’accident, a réagi à l’annonce de la mort des 13 militaires français. “13 militaires ont donné leur vie cette nuit. Sept étaient de Pau. Pour tout notre pays, ce sont de vrais héros dans le sacrifice. Pour notre ville, pour nous, ce sont nos enfants si précieux…”, a écrit le président du MoDem sur Twitter. Il a ensuite annoncé qu’un rassemblement aurait lieu ce mardi à Pau en leur mémoire : “Nous avons besoin de partager notre immense chagrin et notre immense reconnaissance pour ceux qui ont donné leur vie. J’appelle tous les Palois et tous les Béarnais qui le souhaitent à se rassembler à 19 heures devant l’hôtel de ville.”
13 militaires ont donné leur vie cette nuit. Sept étaient de Pau. Pour tout notre pays, ce sont de vrais héros dans le sacrifice. Pour notre ville, pour nous, ce sont nos enfants si précieux…Nous avons besoin de partager notre immense chagrin et notre immense reconnaissance pour ceux qui ont donné leur vie. J’appelle tous les Palois et tous les Béarnais qui le souhaitent à se rassembler à 19 h. devant l’hôtel de ville.

 

 – Le fils d’un ancien ministre parmi les victimes

Parmi les 13 victimes figure le lieutenant Pierre Bockel, du 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau. Il s’agit du fils de l’ancien ministre et sénateur centriste français Jean-Marie Bockel, a confirmé ce dernier à l’Agence France-Presse. Ancien maire de Mulhouse, l’homme politique a été ministre du Commerce en 1986 sous le gouvernement de Laurent Fabius.

 – Mali, pourquoi la guerre s’enlise

Les 13 militaires français sont morts durant un accident alors qu’ils effectuaient une opération de combat contre des djihadistes. Au-delà de la multiplication des attaques djihadistes sur des cibles militaires et civiles, l’étendue des territoires à sécuriser et le manque de moyens du G5 Sahel sont autant de difficultés pour les États. Retrouvez notre article à ce sujet :  Mali, pourquoi la guerre s’enlise .

 – Un hommage national prévu ?

Selon BFM TV, qui s’appuie sur une source gouvernementale, un hommage national pourrait être rendu aux 13 soldats décédés. “L’Élysée travaille ce matin sur les modalités d’un hommage national pour la fin de semaine ou le début de semaine prochaine”, selon cette source, selon laquelle la ministre des Armées Florence Parly devrait se rendre au Mali.

Le Point Afrique

Suivez-nous sur Facebook sur