Lutte contre le terrorisme : Mise en place de l’opération « Maliko »

 Une opération dénommée « Maliko », visant à rétablir l’Etat dans ses fonctions régaliennes dans certaines régions du Mali, en s’appuyant sur l’action des Forces armées et de sécurité maliennes (FAMAs), est instituée, indique un décret présidentiel, en date du 30 janvier 2020.

 

« Cette opération est soutenue et accompagnée par une administration publique disponible et performante, afin de répondre aux aspirations légitimes du peuple malien », indique la même source.

L’opération « Maliko » prend en compte la coopération transfrontalière, régionale et internationale. Le Chef d’Etat-major général des Armées en assure le commandement.

Selon le décret, l’opération couvre l’intégralité des Régions de Gao, Kidal, Tombouctou, Taoudénit, Ménaka, Mopti et Ségou. Elle est partagée en deux théâtres d’opérations (théâtre Est et théâtre Centre). Le premier théâtre couvre les Régions de Gao, Ménaka et Kidal avec son poste de commandement à Gao, tandis que le théâtre Centre concerne les Régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Taoudénit, avec son poste de commandement à Sévaré.

Les forces engagées sur les théâtres sont commandées, respectivement par des officiers généraux ou supérieurs qui prennent le titre de « Commandant du théâtre ». Ils sont nommés par décret du président de la République, sur proposition du Chef d’Etat-major général des Armées. Ils sont secondés par des officiers généraux ou supérieurs appelés « Commandant en second du théâtre» lesquels les remplacent en cas d’absence, d’empêchement ou de vacance.

Cette stratégie de défense donne aux commandants de théâtre  autorité sur les forces armées et de sécurité, les forces paramilitaires ainsi que les moyens militaires se trouvant dans l’aire géographique couverte par les théâtres d’opérations respectifs. Ils sont chargés de la planification et la conduite des opérations, la défense civile, la sécurité des troupes, des moyens majeurs et des installations, l’utilisation des services, des personnes et des liens nécessaires à la conduite des opérations.

Selon le décret l’instituant, l’opération « Maliko » bénéficie du soutien et des concours des autres ministères et services de l’Etat, à travers une action coordonnée par le ministre chargé des Armées.

OD/MD

(AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur