École militaire interarmes (Emia) : La 39è promotion baptisée “Feu Général de division Kafougouna Koné”

Le président e la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a présidé au Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro, le vendredi 29 juin 2018, le baptême de la 39e promotion et la sortie des officiers du cycle spécial 2017-2018 de l’Ecole militaire interarmes (Emia). Baptisée du nom de feu le général de division Kafougouna Koné (parrain de la promotion) décédé en mars 2017, cette 39e promotion compte 78 officiers dont 76 officiers maliens avec 2 personnels féminins, 2 officiers ivoiriens, 2 officiers guinéens et 1 officier togolais. Le major de la promotion se nomme Aly Konaté qui a une moyenne de 17,25 sur 20.

La cérémonie de baptême de la 39e promotion a commencé par la présentation des futurs officiers suivie de la remise de leurs sabres et épaulettes par leurs aînés de la 38e promotion. Munis de leurs galons de lieutenants, les officiers ont prêté serment devant le président de la République, chef suprême des Armées. Et le président Ibrahim Boubacar Kéita de saluer le résultat du major de la 39è promotion, Aly Konaté, qui a eu une moyenne de 17,25 sur 20. Le président a exhorté les nouveaux officiers au strict respect des droits humains. “Faites respecter le droit humanitaire car nous sommes en période de guerre”, a-t-il dit. Pour le président IBK, le métier des armes exige le maniement des armes modernes qui sont complexes. “Nous sommes fiers de vous. Le Mali, une vieille civilisation, a besoin de vous en ces heures difficiles. Nous fûmes quand certains n’étaient pas. S’il plait à Dieu, nous équiperons mieux l’Armée malienne”, a-t-il dit en substance.

Qui était feu Général de division Kafougouna Koné ?

Né vers 1944 à Fourou dans le cercle de Kadiolo, Kafougouna Koné est décédé le 10 mars 2017 à Bamako. Titulaire d’un brevet de technicien section géomètre au lycée technique de Bamako en 1966, il est incorporé dans l’Armée comme engagé volontaire le 1e novembre 1966 pour 3 ans. Il est affecté à la 5e CCA de Kati pour compter du 1er juin 1967.

Carrière et principales fonctions occupées

Comme carrière militaire, il a suivi une formation d’officier à l’Ecole militaire interarmes de Kati (1967-1969) avant de faire la campagne (guerre) Mali-Haute Volta en 1975. Il a participé au championnat international de tir en Géorgie aux Etats-Unis en 1977. Il a été commandant du 1er BCP en 1978 avant de faire un stage de 5 mois en France. En 1981, il a fait l’Ecole d’Etat-major à Compiègne en France et l’Ecole de guerre à Paris en France en 1982. En 1983, il est commandant en second de l’Emia et commandant du Centre d’instruction de Koulikoro. Ensuite, il a été commandant de Zone de défense n° 1 de Gao (1984) avant d’être chef de division des études générales à l’Etat-major des Armées.

En 1985, il fera la campagne Mali-Burkina Faso. Il a été par la suite chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale (1986) ; chef d’Etat-major de l’Armée de terre (1989) ; chef d’état-major général des Armées (1991) ; ministre de la Défense nationale et de la Sécurité intérieure (1991) ; ambassadeur du Mali en république populaire de Chine (1992-2000). De retour au pays, il est nommé Délégué général aux élections (2001-2002) avant d’être ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales (2002-2012).

Les Grades successifs et les distinctions du parrain

En 1969, il était sous-lieutenant avant d’être lieutenant en 1971. Il est nommé capitaine en 1976 et commandant en 1981. En 1985, il est lieutenant-colonel et en 1991 colonel. Il sera nommé général de brigade en 1996 avant d’être général de division le 19 janvier 2000.

Kafougouna Koné a reçu les distinctions suivantes : la Médaille commémorative de campagne (1976) ; la médaille de Chevalier de l’ordre nationale du Mali 1977) ; la Croix de la valeur militaire (1986) ; la médaille de l’Officier de l’ordre national du Mali (1995) ; la médaille de Commandeur de l’ordre national du Mali (1997) et la médaille de Grand officier de l’ordre national du Mali en 2006.

Baptême de promotion : une occasion de reconnaissance au chef suprême

des Armées

Auparavant, dans son allocution de bienvenue, le commandant du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro, Daouda Dembélé, indiquera que le baptême de promotion annuel reste une occasion de témoigner leur reconnaissance pour le soutien que le chef suprême des Armées apporte aux questions d’instruction, de formation et d’entraînement des forces armées et de sécurité maliennes.

Durant son cursus académique de 3 ans, la 39e promotion a bénéficié d’une formation théorique et pratique plus orientée vers les défis contemporains auxquels sont confrontés les officiers dans l’exécution des missions quotidiennes. Pour le cycle spécial, son séjour de 9 mois a été marqué par l’apprentissage et l’acquisition puis le perfectionnement des réflexes et connaissances spécifiques militaires maliennes.

En s’adressant aux futurs officiers de la 39e promotion et du cycle spécial, il a osé croire qu’à la sortie de l’Emia, ils seront fiers de porter haut le flambeau de l’Emia et du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro (Cibssk). “Retenez que tous vos faits et gestes doivent contribuer à mériter la confiance de la nation malienne. Car sachez que, dans un contexte lourd de défis pour notre pays, les Maliens attendent beaucoup de vous. En ce moment de visibilité pour le Cibssk, je vous réitère toute notre disponibilité pour accueillir les formations en vue de faire face aux sujets de défense et de sécurité en perpétuel mouvement”, a-t-il soutenu.

Il s’est beaucoup appesanti sur l’importance du Centre d’instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro. Ouvert en octobre 1980 dans les installations neuves réalisées par la Coopération militaire chinoise, le Cibssk est une institution d’excellence pour la formation et l’entraînement militaire. “Il transmet avec professionnalisme les cultures, les connaissances et les savoir-faire militaires par ses écoles qui sont l’Ecole militaire interarmes, l’Ecole d’état-major national et l’Ecole militaire d’Administration. A travers ces 3 prestigieuses écoles qui accueillent et forment aussi les militaires des pays amis et la mission d’entraînement de l’Union européenne au Mali, le Cibssk est aujourd’hui une garnison militaire d’intégration régionale et de coopération internationale. Au fil des décennies, le Cibssk a conservé ses valeurs, tout en s’adaptant au monde nouveau en associant sans cesse tradition et modernité”, a-t-il dit du Cibssk.

Pour l’année académique 2017-2018, le Cibssk a réalisé des cours de renforcement des capacités opérationnelles des forces armées et de sécurité maliennes en partenariat avec la Mission d’entraînement de l’Union européenne au Mali avec plus de 600 militaires maliens formés en divers domaines ; la qualification de 30 officiers et de 62 sous-officiers d’Administration venant de 15 pays africains à l’Ecole militaire d’Administration à travers la coopération militaire française ; l’enseignement militaire supérieur du premier degré de 20 officiers venant de 7 pays africains à l’Ecole d’état-major national de  Koulikoro ; la formation initiale des officiers à l’Ecole militaire interarmes.

               Siaka DOUMBIA

 

Source: Aujourd’hui mali

Suivez-nous sur Facebook sur