Brèves : IBK n’aime pas le Mali-IBK n’était pas à Bamako en 1991-des jeunes adhèrent aux groupes armés djihadistes

Il aurait dû éviter le saccage des patrimoines de l’État. Si le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) aime le Mali, comme il le clame haut et fort, il aurait dû éviter le spectre de violences du vendredi 10 juillet 2020 qui s’est abattu sur notre pays. Devant son refus de négocier avec les leaders du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), voilà le triste résultat de l’intransigeance d’IBK: deux (02) morts, 19 blessés.

Chute du général Moussa Traoré : IBK n’était pas à Bamako en 1991

Mille neuf cent quatre vingt onze (1991) année de la chute du général Moussa Traoré, président du Mali, de 1968 au 25 mars 1991. Ibrahim Boubacar Keïta, actuel président du Mali, n’a pas vécu les évènements à Bamako. Cela se voit et se sent dans ses prises de positions. Moussa Traoré avait commis l’erreur de confondre la gestion de l’État et celle de sa famille. La suite fut brutale: saccage, incendies des biens de la famille du général et de ses proches. Moussa Traoré a tout perdu comme biens à Bamako et environs (Ferme à Sinkolo). IBK qui était absent de Bamako, en 1991 devait tirer des leçons de la chute du général Traoré. Certains anciens ministres du régime UDPM (Union démocratique du peuple malien) sont encore sous le choc, d’autres sont morts misérablement.

 Mopti : des jeunes adhèrent aux groupes armés djihadistes

La Venise du Mali serait une ville abandonnée par le gouvernement malien. Pour survivre, les jeunes de cette localité adhèrent de façon volontaire aux groupes armés djihadistes. Depuis 2012, la région de Mopti est abandonnée à elle-même. Elle est devenue l’épicentre de l’insécurité. Les djihadistes y ont élu domicile. Pour des raisons de survie, plusieurs jeunes de la Venise malienne ont décidé de rejoindre les djihadistes. À Mopti, il n’y a pas de boulot, pas d’industrie. La seule industrie qui existe serait celle du djihad.

7 juillet 2007-7 juillet 2020: Adama Sangaré élu maire du district de Bamako

Suite au décès de Badoulaye Traoré, maire  du district de Bamako, Adama Traoré a été élu. Cela fait treize (13) longues années qu’il est. Il fut d’abord 3ème adjoint au maire de la Commune III avant de se retrouver à la tête de la mairie  du district de Bamako. Et depuis, il n’a jamais été évincé de son poste malgré son mandat finissant et malgré ses poursuites judiciaires. Adama Sangaré n’a jamais été jugé, ni condamné. Il a toujours bénéficié d’une liberté provisoire sous caution. Est-ce à dire que c’est un futur candidat à l’élection présidentielle de 2023 ?

Source : l’Inter de Bamako

Suivez-nous sur Facebook sur