Attaque terroriste à Kimparana : Les autorités rassurent la population

Un gendarme et un surveillant de prison ont trouvé la mort dans une attaque perpétrée dans la nuit du lundi au mardi par des hommes armés non encore identifiés contre la brigade territoriale de la gendarmerie et la prison de Kimparana (Cercle de San). Au cours de l’opération, 5 détenus se sont évadés. Selon le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie de Kimparana,  le lieutenant Hassana Coulibaly,  les assaillants sont venus du côté-est de la ville,  par une piste rurale reliant la Commune rurale de Kava à celle de Waky, non loin de la frontière du Burkina Faso.

 

Au lendemain de cette attaque meurtrière contre les forces de sdéfense et de sécurité, le directeur de cabinet du gouverneur de la Région de Ségou,  Sinè Dembélé et le directeur national de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée,  Ibrahima Tounkara, se sont rendus sur place pour exprimer leur compassion et celle du gouvernement aux familles des défunts et rassurer la opulation que des dispositions seront prises pour mettre hors d’état de nuire les auteurs de ces crimes odieux. Sinè Dembélé a demandé aux forces de sécurité d’être très vigilantes pour qu’on puisse venir à bout du terrorisme, avant d’ajouter que sans la collaboration franche de la population,  les résultats positifs auxquels «nous aspirons en matière de lutte contre le terrorisme ne seront jamais atteints».

Pour sa part, le directeur national de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée a assuré que les dispositions les meilleures seront prises pour que de pareil incident ne se reproduise plus dans la localité,  pour que les services de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée puissent,  en toute sérénité,  accomplir leurs missions. «Cette attaque ne nous décourage jamais parce que nous avons décidé d’accomplir notre double mission de surveillance et de réinsertion des détenus», a soutenu Ibrahima Tounkara. La délégation a remis, au nom du ministre de la Justice et des droits de l’Homme,  Garde des Sceaux, une enveloppe de 1 million de Fcfa aux familles des victimes.

La délégration comprenait également le commandant de légion de la gendarmerie nationale, le colonel Cheick Oumar N’Diaye,  celui du Groupement de la garde nationale,  le lieutenant-colonel Sidiky Dénon, le préfet du Cercle de San, Amadou Dicko, les députés de la circonscription et le juge de paix de Kimparana,  Mohamed Ould Mohamed Lamine.

Noumballa CAMARA
Amap-San 

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook sur