Association de MAA : faiteurs et blanchiment de terroristes

Les révélations se multiplient sur l’identité réelle des membres du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), l’un des trois principaux groupes armés au nord du Mali, soi-disant engagés dans un interminable processus de paix, qui se poursuit en ce moment à Alger. Le seul processus qui fonctionne est le processus de blanchiment de terroristes opéré par ce groupe, devenu une véritable association de malfaiteurs. C’est au tour de Yoro Ould Daha, chef militaire du MAA dans la vallée de Tilemsi, de se glisser comme un serpent dans la manoeuvre.

 

mnla hcua maa touareg azawad bandis armee kidal

 

Yoro Ould Daha, bien qu’il soit aujourd’hui chef de l’aile militaire du MAA du côté de Tarkint et Tabankork, est resté pour le moins fidèle à son engagement jihadiste, et veille soigneusement à entretenir ses liens avec le tristement célèbre Ahmed El Tilemsi, chef militaire de la branche militaire du MUJAO, qui avait fondé le mouvement Al Mourabitoune avec Mokthar Belmokhtar le 22 août 2013. Quand la main droite de Yoro Ould Daha vous serre la main, la main gauche cache l’arme que les terroristes lui ont donnée.

Comment peut-on se laisser duper de la sorte ? Comment imaginer un instant qu’on puisse avancer dans un processus de paix en réunissant autour de la table ceux qui veulent la guerre ? Le curriculum vitae de Yoro Ould Daha parle pourtant pour lui ; lui qui a notamment servi de soutien logistique et financier au MUJAO pendant des années, lui qui a dirigé la police islamique de Gao lors de la prise de la ville en mars 2012 par les islamistes avant de la quitter lâchement au moment de la « reconquête » de la ville par les forces de sécurité. Les habitants de Gao se souviennent d’un tortionnaire, dont les exactions avaient d’ailleurs faits l’objet de vidéos terrifiantes.

Accueillez Yoro Ould Daha comme un membre respectable du MAA, et soyez sûr qu’il laissera la porte ouverte derrière lui, pour faire entrer discrètement ses amis Ahmed El Tilemsi, Abdul Hakim, chef du MUJAO ou Adnan Abou Walid Sahraoui, son porte-parole. Regardez-le bien parler de paix pendant les négociations et vous verrez l’ironie se dessiner insidieusement sur son visage d’assassin. Vous verrez l’ombre de Belmokhtar noircir son épaule et vous entendrez murmurer sous la table les mafieux qui remplissent ses poches…

 

Autre presse

Suivez-nous sur Facebook sur