Dr. MOUSSA COULIBALY sur la cherté de la vie: Le Mali en cher et en hausse !

Selon le Sociologue, Dr. Moussa Coulibaly, l’État connaît des difficultés en ce moment et la fragilité de la situation sécuritaire mérite qu’on fasse preuve de patience et de vigilance. Selon lui, le conseil des ministres extraordinaire du 7 août, s’est tenu dans un contexte de quasi essoufflement surtout celui du panier de la ménagère. « Même si certains pensent qu’il en est sorti des » mesurettes », la volonté d’anticiper est omniprésente dans l’action gouvernementale tant sur le plan militaire que face à la montée des prix », dit-il.

 

L’actualité nationale au Mali est marquée par la cherté des produits de première nécessité et par la hausse, cette fois ci au plan national et international, des vivres et autres produits de consommations. Au même moment, Tessit, et Koutiala ont attiré l’attention des Maliens pendant le week-end et en début de semaine par les attaques dont l’armée et la police sont les victimes.

À en croire Dr. Moussa Coulibaly, l’État connaît des difficultés en ce moment et la fragilité de la situation sécuritaire mérite qu’on fasse preuve de patience et de vigilance. Toutefois, il estime que le gouvernement doit davantage accélérer les mesures de subventions même si cela doit passer par des mesures comme le gel et le redéploiement des fonds et budgets de fonctionnement de certaines institutions et services qui n’ont jamais fait la preuve de l’importance de leur fonctionnement pour le pays. « Nous vivons une période de transition où il y a la nécessité d’aller à l’essentiel. Autant il y a un début de mise en route des chemins de fer, autant le gouvernement doit urgemment envisager les grands travaux autour de l’office du Niger », explique-t-il.

Pour se faire, notre Sociologue propose que l’État accentue son emprise dans ce domaine même s’il faut créer un ministère en charge de l’exploitation de ce joyau agricole. Si la consommation de riz reste tributaire des importations, les prix peuvent prendre l’ascenseur à tout moment.

Pour lui, il faut que la justice s’emploie à faire un traitement rapide de ces dossiers de détournements de fonds. La refondation dont on parle est en grande partie entre les mains de la justice qui, sereinement doit mettre sa machine en marche pour permettre à l’État de récupérer des fonds dont on a besoin en ce moment. Le ministre Kassogué a sur sa table les affaires qui concernent les plus grands détournements de fonds de l’histoire du Mali indépendant. Un traitement exemplaire de ces dossiers sera le levier de la refondation attendue pour deux raisons.

Dans un premier temps, il s’agira de donner un exemple de la nécessité de respecter le bien public et dans un second temps son traitement permettra à l’Etat de recouvrir une partie des fonds détournés, nécessaires à la relance économique.

Le souhait de Dr. Coulibaly, est que pour l’instant, l’armée continue de se doter en armes et munitions pour vaincre les djihadistes qui tentent désespérément de se réorganiser. Le contexte international est en train de montrer une reconfiguration des données au plan international où l’esprit du partenariat gagnant-gagnant est entretenu par la puissante Russie. « Rien ne sera plus comme avant et on assiste de jour en jour à une version silencieuse d’un nouveau partage de l’Afrique (une conférence de Berlin bis) cette fois ci débarrassé des relents paternalistes », affirme-t-il.

Ibrahima Ndiaye

SourceMali Tribune

Suivez-nous sur Facebook sur