Boubacar Koumare: Boulkessy Mondoro, je m’insurge

De prime à bord, la mort dans l’âme, versant des larmes intérieures, je m’incline devant la mémoire des soldats des Famas tombés sur le champ de l’honneur et je souhaite prompt rétablissement aux blessés et de tout cœur que les soldats portés disparus soient retrouvés sains et saufs. Telle doit être la prière de tout bon Malien. Pour Boubacar Koumaré, il faut que les Famas prennent pieds à Kidal pour la contrôler et la «deterroriser « sans quoi, elle servira toujours de base arrière aux esprits malsains. Aussi, est-il temps que les autorités maliennes aient ce culot de se ranger sur la vérité toute crue dite par le président du Niger Mahamadou Issoufou respectivement à Bamako et lors de l’AG de l’ONU et se ressourcer sur les conclusions du Burkina un autre pays frère.

Au-delà, comme toujours, il faut tirer les enseignements de cette énième déconvenue de nos forces de l’ordre, poser les vrais diagnostics et parler sans langue de bois.
Comment cette énième attaque contre les positions de nos Famas à Boulkessy et Mondoro dans la même région et à quelques km a pu avoir lieu sans aucune anticipation ?
Comment les assaillants en nombre, à bord de véhicules à et moto ont-ils pu surprendre nos Famas sans que nos propres services de renseignement militaires d’abord et ceux des partenaires des forces militaires alliées dans la lutte contre le terrorisme et au Sahel n’aient eu vent ?
Quelle a été la force de réaction de nos Famas lors de ces attaques ? Combien de temps ont duré ces attaques ? Et les renforts sont intervenus à partir de quel moment? Tard et très tard sans aucun doute, car les terroristes ont en réalité pris les camps et y ont élu domicile et après s’être approvisionné, ont saccagé tout le reste.
Les partenaires, je ne les en veux pas, car chacun y est d’abord au Mali pour sauvegarder ses intérêts qui peuvent converger ou diverger de ceux du peuple malien.
Mais je me questionne par rapport à l’efficacité de notre propre système de renseignement militaire, mais aussi d’operationalisation militaire sur le terrain.
Avons-nous des systèmes de défense préétablis au niveau de nos postes et camps militaires en cas d’attaques surprises de la part de l’ennemi qui qu’il soit?
Le peuple malien devrait-il se résigner à consommer des défaites révoltantes et humiliantes pareilles comme résultats des 1230 milliards investis en 5 ans dans cette loi de programmation militaire ?
Non, je pense, car il est impératif d’agir pour changer la donne.
D’abord, je trouve qu’il est urgent que les Famas n’apprennent qu’à compter sur eux-mêmes pour défendre la patrie et que la hiérarchie militaire s’assume plus.
Ensuite, nos 1230 milliards, je demeure convaincu que certains en ont détourné une grande partie à des fins personnelles.
Bilaye, tant qu’ils ne sont pas poursuivis et emprisonnés, je me reconnaitrai et j’agirai toujours aux côtés de ceux qui trouvent que ce régime n’a pas fait l’essentiel au niveau de la justice pour le peuple. (cf les avions cloués au sol et surfacturation immorales sur les équipements militaires).
Si une partie de cette manne financière avait été investie dans des aéronefs capables de sévir à temps réel en appui à nos Famas, nous n’allions pas déplorer autant de perte dans les rangs de nos forces de défense.
Si aujourd’hui, nous sous traitons presque notre sécurité intérieure, c’est parce que des ennemis criminels dans les bureaux ont surfacturé et détourné ce qui devait servir à renforcer l’armée.
Qui qu’ils soient, il faut qu’ils payent ce forfait criminel assassin contre toute la république et aucun principe de «secret défense « ne doit leur faire échapper à la justice.
Dernier aspect de mon analyse : certains groupes signataires de l’accord de paix : ils n’ont jamais été sincères et agissent en malhonnêtes criminels terroristes à l’égard de la république : ils ont élu domicile à Kidal et environ et font courir le risque à tout un pays de se retrouver en conflit avec tous ses voisins de la bande Sahélienne.
Les rapports de l’ONU, les conclusions des pays voisins avec preuves tel le Niger et le Burkina Fasso en disent long.
Ces terroristes sont anges le jour et Satan la nuit et ils ont leurs culs dehors.
On ne peut pas au nom d’un prétendu accord pour la paix ne pas se dire la vérité et courir le risque de se retrouver mis en quarantaine par nos voisins.
Je désigne des groupes armés au sein de la CMA en l’occurrence le HCUA : un nid de terroristes et de narcotrafiquants de toute sorte.
Les autorités maliennes doivent avoir ce culot de se ranger sur la vérité toute crue dite par le président du Niger Mahamadou Issoufou respectivement à Bamako et lors de l’AG de l’ONU et se ressourcer sur les conclusions du Burkina un autre pays frère.
Il faut que les Famas prennent pieds à Kidal pour la contrôler et la «deterroriser « sans quoi elle servira toujours de base arrière aux esprits malsains.
Ce conflit a trop duré et n’arrange maintenant que ceux qui ont intérêt à ce que ça ne prenne fin: un groupuscule d’individus malveillants et criminels, malhonnêtes n’ayant rien à voir avec une population qui en a marre et qui souffre le martyr.
NB : Le bilan réel de cette énième attaque sera revu à la hausse, car il paraît pire qu’on ne peut l’imaginer en hommes et en matériel.

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook sur