Discours d’ouverture du Président de l’EPM, Dr Bokary Treta aux 3èmes assises de l’alliance, 14 juillet 2019 au CRES de Bamako

– Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement ;
– Messieurs les Chefs des Institutions de la République ;
– Mesdames et Messieurs les Présidentes et les Présidents, membres de la conférence des Présidents de l’alliance « Ensemble Pour le Mali » ;
– Messieurs les Chefs des partis politiques partenaires et amis ;
– Mesdames et Messieurs les ministres ;
– Monsieur le Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République de la République ;
– Mesdames et Messieurs les membres du Cabinet du Président de la République ;
– Madame et Messieurs les facilitateurs du Dialogue politique inclusif ;
– Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali, Chef de la Mission Multidimensionnelle des Nations Unies de Stabilisation du Mali (MINUSMA) ;
– Honorables députés EPM élus à l’Assemblée Nationale ;
– Honorables conseillers nationaux EPM ;
– Messieurs les Chefs Coutumiers et diverses autorités religieuses ;
– Messieurs les Chefs des Mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger ;
– Messieurs les Chefs des Mouvements non signataires adhérant à l’esprit de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger ;
– Monsieur le Maire du District de Bamako ;
– Messieurs les Maires des Communes 1, 2, 3, 4, 5 et 6 du District de Bamako ;
– Mesdames et messieurs, les cadres des partis membres de l’Alliance Ensemble pour le Mali ;
– Chers Collègues Conférenciers, Modérateurs, Contributeurs, Experts et membres du Collège Scientifique des 3èmeAssises de l’Alliance Ensemble pour le Mali ;
– Chers participants ;
– Distingués invités mesdames et messieurs ;
– A vos titres et qualités, tous protocoles observés ;

Avant tout propos je voudrais saluer très sincèrement la présence parmi nous de Monsieur le Premier ministre, Chef de Gouvernement, Dr Boubou Cissé, mais surtout pour son propos liminaire qui a valeur d’un véritable discours d’orientation de nos travaux., Je vous demande, Mesdames et Messieurs, d’applaudir très fortement Monsieur le Premier ministre, Chef de Gouvernement, Dr Boubou Cissé ;
Je voudrais faire remarquer également la présence d’une autre haute personnalité qui nous fait l’honneur, malgré son agenda que je sais très chargé car rentrant à peine d’une mission de l’extérieur, en acceptant d’être parmi nous ce matin. Il s’agit de l’Ambassadeur Mohamat Salleh Anadif, représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali, Chef de la Mission Multidimensionnelle des Nations Unies de Stabilisation du Mali (MINUSMA).
Merci Excellence Anadif pour votre constante disponibilité et votre amitié pour le peuple malien.

– Chers participants ;
– Distingués invités mesdames et messieurs ;
C’est pour moi un agréable devoir et un plaisir renouvelé de vous souhaiter, à toutes et à tous, la chaleureuse bienvenue aux troisièmes assises de notre alliance « Ensemble Pour le Mali ».
Votre présence, mesdames et messieurs, malgré les contraintes de tout genre, est un témoignage de votre engagement pour le Mali et de votre détermination à prendre toute la part qui vous revient dans l’œuvre de sursaut national.
Cela vous honore et je vous en remercie très sincèrement.

Distingués invités ;
Mesdames et messieurs ;

Les présentes assises, troisièmes du genre de notre regroupement, visent à outiller les responsables politiques et cadres de l’alliance Ensemble pour le Mali pour assurer le portage politique nécessaire à la bonne tenue du Dialogue politique inclusif initié par le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Ibrahim Boubacar KEITA, ainsi que le processus subséquent de réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires.
Je voudrais retenir dans le long processus qui va nous conduire au dialogue politique inclusif quelques points saillants.

Premièrement, il y’a le Discours à la Nation de SE Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, CHEF de l’Etat, du 16 avril 2019.
Dans cet important discours on peut retenir ce qui suit :
« Pour la paix sociale, pour notre capital social, surtout lorsqu’on est menacé dans certaines parties de notre cher territoire, cette paix malienne que nous avons habillement négocié au fil des siècles et des compromis, entre les métiers et les ethnies, j’ai entrepris depuis de longues semaines de rencontrer nos forces politiques et sociales.
J’ai apprécié au plus haut point les échanges et les contributions qui m’ont apporté des éclairages utiles.
La dynamique de l’interaction se poursuit.
Car je n’ai pas d’autres choix, ayant accepté d’être l’héritier de toutes les législatures, étant un acteur de premier plan de l’évolution politique et institutionnelle de notre pays depuis trente ans, comptable du bilan et donc en position de distinguer entre les acquis et les passifs, les grains de beauté et les verrues.
Mon souhait n’est pas non plus de mettre à la marge d’une entreprise aussi importante pour l’avenir de notre pays les formations politiques et les associations qui souhaitent l’organisation d’un débat national en préalable de la tenue d’un Référendum. Aussi ai-je décidé de confier à un triumvirat la tâche de diriger un cadre de concertation nationale regroupant du 23 au 28 avril 2019 les représentants de toutes les forces politiques et sociales de notre pays.
L’idée d’un cadre de dialogue plus vaste, plus représentatif, plus inclusif, fait son chemin et emporte mon adhésion.
Le projet aura pour but d’évaluer les forces et les faiblesses de notre démocratie, de notre vécu institutionnel d’une part, et de cerner d’autre part, les opportunités et les menaces du chemin.
Tous les enseignements des processus participatifs initiés dans notre parcours immédiat seront tirés : des concertations régionales et nationales, forum politique- qui ont accompagné les premiers pas de la démocratie malienne, aux Etats généraux de la Décentralisation, aux Assises du Nord, aux Assises nationales organisées sous notre magistère, en passant par le Forum national sur l’Ecole, le Forum sur la lutte contre la Corruption, sous la deuxième décennie de la IIIè République.
Ce qu’il nous faut, c’est un format qui ne laisse personne sur le quai, qui rassemble les segments les plus divers de notre société.
Ce qu’il nous faut, c’est un consensus solide pour notre avenir politique, institutionnel, social, je devrais dire sociétal ».

Deuxièmement, la lettre du Président, adressée en mai dernier, à tous les partis politiques, aux mouvements et aux regroupements politiques, à la société civile, aux autorités religieuses et coutumières, aux centrales syndicales et aux syndicats autonomes pour solliciter leur contribution à la tenue de ce dialogue politique inclusif.
Notre regroupement y a répondu et nos propositions sont versées dans les dossiers.

Troisièmement et enfin, le discours du Président de la République SE Ibrahim Boubacar KEITA à l’occasion de l’installation des facilitateurs du dialogue politique inclusif, prononcé le 25 Juin 2019 à Koulouba.

Il s’agit du Pr Baba Akhib HAIDARA, Médiateur de la République ; de Monsieur Ousmane Issoufi MAIGA, ex Premier ministre et de Madame Aminata Dramane TRAORE, ex ministre. Ce triumvirat est accompagné de Son Excellence, l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra, président du comité d’organisation qui assurera la préparation matérielle et scientifique du dialogue que je demande d’applaudir très fortement.

Pour le Chef de l’Etat, la mission confiée à ses personnalités doit consolider la marche du Mali et ancrer davantage la démocratie malienne ; car dit-il je cite:
« A travers ce dialogue politique inclusif, il s’agira de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté avec l’ensemble des acteurs, et de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. Votre mission, sous mon autorité, consistera à :

– assurer l’inclusivité du dialogue politique avec l’ensemble des forces vives de la Nation ;
– assurer l’adhésion de l’ensemble des acteurs aux résolutions et conclusions du dialogue ;
– favoriser l’adhésion des acteurs aux réformes politiques et institutionnelles ;
– assurer l’orientation du dialogue politique inclusif ;
– connaitre les attentes de toutes les forces vives de la nation ;
– contribuer à l’apaisement du climat social ;
– trouver un consensus politique en vue de l’organisation des élections ;
– s’entendre sur la loi fondamentale ;
– renforcer la confiance entre les Institutions de la République et les populations ;
– encadrer le dialogue politique inclusif ».

Distingués invités ;
Mesdames et messieurs ;

En prévision de ce rendez-vous important avec l’histoire, nous avions initié des séries de rencontres dans le cadre d’une prise de contact avec non seulement les partis politiques et regroupements des partis politiques mais aussi avec certaines organisations de la société civile du pays.

Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;

A la suite du Président de la République vous avez engagé des consultations avec les acteurs essentiels de la classe politique nationale pour aboutir à la signature le 02 Mai 2019 de l’accord politique de gouvernance.

Cet accord dispose en son article 2 que le programme d’actions du Gouvernement sera articulé, entre autres, autour de l’organisation dans les meilleurs délais d’un dialogue politique incluant toutes les forces vives du pays.

Votre intervention, ici et maintenant, du haut de cette tribune, vient à point nommé. Elle nous édifie, à plus d’un titre, en assurant une saine information de nos cadres, oriente nécessairement nos réflexions et ultérieurement nos actions, satisfait notre besoin de préparation en vue d’une participation efficace et efficiente de notre alliance dans tout le processus d’organisation du dialogue politique dont le mandat est confié au triumvirat.

– Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement
– Mesdames et Messieurs les membres de la conférence des Présidents de l’alliance « Ensemble Pour le Mali »;
– Chers participants ;
– Distingués invités mesdames et messieurs ;

La tenue des présentes assises se justifie amplement au regard de ce qui précède. Elles nous permettront de nous approprier de l’Accord politique de gouvernance,
de partager à l’échelle de notre regroupement une vision commune sur le dialogue politique inclusif, d’harmoniser les points de vue de nos partis respectifs sur son format ou son périmètre, son contenu ou autour des thèmes à inscrire à son agenda, la méthodologie qui sera poursuivie en termes de séquences dans le temps et l’espace et enfin de renforcer les propositions de notre alliance en vue de la rencontre avec le triumvirat, prévue le lundi 15 juillet 2019 à 11 heures, dans les locaux du Médiateur.

Mesdames et messieurs les membres de la conférence des Présidents de l’alliance EPM, je voudrais nous engager, à entreprendre, dès la finalisation des documents qui seront issus des présentes assises, l’ensembles des partis politiques et regroupements des partis politiques pour la tenue d’un forum des partis politiques du Mali.

En souhaitant plein succès à nos travaux, je déclare ouverts les travaux des troisièmes assises de l’Alliance « Ensemble Pour le Mali »

Vive le Mali ;
Vive l’alliance Ensemble pour le Mali ;

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Suivez-nous sur Facebook sur