Communiqué de presse: Opération contre un groupe terroriste de la katiba Massina

Dans la nuit du 22 au 23 novembre 2018, dans la région de Mopti au Mali, les forces françaises de l’opération Barkhane ont frappé durement un groupe terroriste de la Katiba Massina.

Cette opération a combiné l’action de nombreux moyens aériens : avions Mirage 2000, hélicoptères Tigre et Gazelle appuyés par des drones Reaper, ravitailleur C135 et hélicoptères de manœuvre. Des frappes aériennes ont permis de réaliser un effet de sidération sur l’objectif, puis d’exploiter cette action par des assauts héliportés et par l’engagement au sol des militaires français.

A ce stade de l’évaluation de l’opération, il apparait qu’une trentaine de terroristes a été mise hors de combat, parmi lesquels figurent probablement le chef de la katiba Massina, Hamadoun Kouffa, et ses principaux cadres.

La katiba Massina est un groupe armé terroriste membre du RVIM qui sévit au Mali en s’attaquant à tous les symboles de l’état, en instaurant un régime de terreur contre les populations civiles et en attisant les tensions intercommunautaires. Après la neutralisation du chef de la katiba du Gourma il y a deux semaines, la neutralisation probable du chef de la katiba Massina est un nouveau coup très sévère porté au RVIM dont il était un des principaux leaders. Cette action illustre l’efficacité de la force Barkhane, aux côtés des forces partenaires locales et de la MINUSMA, et ses capacités à agir en tout temps et tout lieu contre les groupes terroristes. Elle montre que ces groupes ne disposent d’aucun sanctuaire au Mali.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération
Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) :

Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace notamment dans le cadre de la force conjointe du G5 Sahel en cours d’opérationnalisation.

Opération Barkhane
Cellule communication

À N’Djamena, le 23 septembre 2018

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook sur