Etude: voici pourquoi le taux de mortalité cardiaque est élevé chez les footballeurs

Une étude a révélé pourquoi  la mort due à l’arrêt du rythme cardiaque est plus élevée chez les footballeurs que prévu. L’étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, indique que les footballeurs courent un risque plus élevé de mourir parce que leur cœur cesse de battre.

Les données pour cette recherche ont été recueillies pendant plus de deux décennies, alors que 11 168 jeunes joueurs au Royaume-Uni ont été utilisés pour parvenir à ces résultats.

Au cours des dernières années, des cas de décès très médiatisés ont été enregistrés dans le football en raison du fait que le cœur des joueurs a cessé de battre au cours d’une partie.

Le camerounais , Marc-Vivien Foe s’est malheureusement effondré et a rendu l’âme alors qu’il jouait pour le Cameroun à 28 ans.

En conséquence, les médecins ont demandé que les joueurs bénéficient d’une protection accrue pour éviter des décès similaires, insistant sur le fait que les maladies affectant le muscle cardiaque, les cardiomyopathies, sont des tueurs silencieux.

L’étude montre également que les dangers sont plus élevés chez les athlètes de haut niveau, car taxer le cœur peut déclencher leur maladie sous-jacente.

En effet, l’adrénaline, les modifications des électrolytes et la déshydratation augmentent le risque de déclenchement d’un arrêt cardiaque.

En dépit des risques, les décès enregistrés lors d’un arrêt cardiaque étaient cependant faibles pour les personnes exerçant leur métier de footballeur.

Auparavant, on estimait que moins de deux sur 100,000 joueurs meurent d’un arrêt cardiaque. Cependant, des chiffres récents suggèrent qu’un nombre plus élevé de sept joueurs sur 100 000 meurent en cas d’arrêt cardiaque.

S’adressant à la BBC, le cardiologue Prof. Sanjay Sharma, qui a dirigé les recherches à l’Université St George ‘s de Londres, a déclaré que bien que ces décès soient rares parmi les joueurs, ils augmentent chaque année.

Cela signifie que nous devons ouvrir les yeux sur le fait que les taux de mortalité sont plus élevés que ce que nous pensions, même s’ils sont encore rares”, a-t-il déclaré.

L’étude, qui a duré 20 ans, a révélé que 42 candidats à l’école étaient en danger après avoir été soumis à des dépistages.

Ils ont ensuite reçu des traitements – y compris une chirurgie corrective et des médicaments pour le cœur -, à la suite de quoi 30 ont repris leurs carrières normales, mais il a été conseillé aux autres de cesser de pratiquer un sport de compétition.

En outre, huit enfants sont décédés au cours de l’étude, six d’entre eux ayant reçu un diagnostic de problèmes cardiaques.

“C’est très difficile pour un jeune garçon qui en a rêvé et qui n’a fait que jouer au football à l’âge de huit ou neuf ans”, a déclaré le professeur Sharma.

Nous devons être extrêmement honnêtes et dire qu’il existe un risque de mort subite et que le taux de mortalité est faible, mais nous ne pouvons pas le prévoir”.

“Si nous demandons aux jeunes de se dépasser pour nous divertir et être des modèles pour nos jeunes, nous avons le devoir d’être protecteurs.”

Afrikmag

Suivez-nous sur Facebook sur